Andrologie : les mots à connaître

Information proposée et validée par Santé publique France - Fil santé jeunes Publiée le 08/11/2016

Sur Internet, à la télé, dans les magazines on trouve souvent beaucoup d’information sur la gynécologie féminine, sur « comment ça fonctionne », « comment c’est fait » etc.…

En revanche, quand on est un garçon trouver ces mêmes informations devient plutôt ardu. On ne sait pas vraiment à qui demander, auprès de qui se renseigner, on n’ose pas… On vous propose ici un petit lexique de tous ces mots plus ou moins farfelus qu’on peut entendre quand on parle de sexualité masculine. En avant pour la première partie !

L’appareil génital

C’est l’ensemble des organes qui vont permettre de se reproduire (faire des enfants). Il comprend principalement : Pénis / verge : organe sexuel masculin.

 Corps caverneux : il y en a deux, ils constituent l’intérieur du pénis. Ce sont des cavités qui se remplissent de sang sous l’effet d’une excitation, ce qui provoque l’érection.

Gland : extrémité de la verge. Il contient de nombreuses terminaisons nerveuses, ce qui en fait une zone très sensible au toucher. Le gland est traversé par l’urètre qui s’ouvre au niveau du méat urinaire.

Prépuce : peau qui recouvre le gland, et dont l’extrémité est ouverte pour permettre le décalottage.

Testicules : il y en a deux. Glandes situées dans les bourses (ou scrotum). Ils mesurent en moyenne 4cm de long et 2,5 cm de large. Le gauche est souvent plus lourd que le droit et descend dans les bourses, plus bas que le droit. Les testicules contiennent de très nombreux canaux très fins, qui aboutissent à l’épididyme. Les testicules sécrètent aussi les hormones masculines, appelées androgènes, et qui sont responsables des caractères sexuels secondaires de l’homme (pilosité, développement des organes génitaux externes, etc…).

Scrotum : peau revêtue de longs poils, qui entoure les testicules. Cette peau contient un muscle, appelé le dartos, qui se contracte avec le froid, ou lors de l’excitation sexuelle, faisant ainsi remonter les testicules vers le haut.

Prostate : glande qui entoure la partie initiale de l’urètre. Elle mesure environ 30 mm de diamètre et sa forme est arrondie. Elle sécrète un liquide laiteux et visqueux qui se mélange au sperme lors de l’éjaculation. L’odeur du sperme vient des secrétions de la prostate. Le liquide prostatique favorise aussi la mobilité des spermatozoïdes.

Épididyme : C’est un petit conduit accolé à chaque testicule, où les spermatozoïdes maturent.

Canal déférent : Il y en a deux, un pour chaque testicule. Ils conduisent les spermatozoïdes de l’extrémité de l’épididyme au point de jonction des vésicules séminales avec le canal éjaculateur.

Canal éjaculateur : Il conduit le sperme, lors de l’éjaculation, des vésicules séminales à l’urètre en passant par la prostate.

Frein : lambeau de peau qui relie le prépuce à la face inférieure du gland. Le frein contient de très nombreuses terminaisons nerveuses, ce qui en fait la zone la plus sensible du gland.

 Corps spongieux : Le corps spongieux est unique, et se termine par le gland. Il joue un faible rôle dans l’érection.

L’appareil digestif (dans la même zone que l’appareil génital, peut participer à la vie sexuelle)

 Uretère : les uretères (qui sont 2) conduisent les urines des reins jusqu’à la vessie.

 Urètre : conduit amenant les urines de la vessie à l’extérieur. L’orifice d’abouchement de l’urètre à l’extérieur est appelé méat urinaire. Lors de l’orgasme, il se contracte et propulse l’éjaculat (sperme) vers l’extérieur. Lors de l’éjaculation un sphincter (muscle) situé près de la vessie ferme l’urètre pour empêcher la sortie de l’urine.

Méat urinaire : orifice par lequel s’évacue l’urine.

Anus : muscle sphinctérien qui régule l’orifice inférieur du tube digestif.

Rectum : terminus du tube digestif qui s’ouvre à l’anus.

Le système hormonal

Le système hormonal ou système endocrinien est l’ensemble des glandes (et de certains tissus) sécrétant des hormones.

Hormones : substances chimiques libérées dans le sang qui rejoignent un tissu ou un organe cible pour y déclencher une action spécifique nécessaire à l’organisme.

Glande : ensemble de cellules capable de sécréter un produit chimique.

Hypophyse : petite glande située dans le cerveau qui contrôle et stimule la sécrétion des hormones sexuelles, par les ovaires chez la femme et les testicules chez l’homme.

Hypothalamus : zone du cerveau en connexion étroite avec l’hypophyse.

Androgènes : hormones sexuelles masculines.

Testostérone : principale hormone androgène.

Andropause : période de diminution de la sécrétion de sperme.

La puberté



Période où se développement les organes et les fonctions destinés à assurer la reproduction de l’individu. C’est l’installation de l’activité génitale (sexuelle).

A cette période apparaissent :

Érection : lors de l’excitation sexuelle, les corps caverneux se gonflent de sang pour durcir et raidir la verge.Pour en savoir plus : l’érection

Sperme : liquide éjaculé et constitué de spermatozoïdes en suspension dans les produits de sécrétion des glandes masculines (prostate, vésicules séminales). Pour en savoir plus : Le sperme.

Spermatozoïde : Cellule sexuelle de l’homme produite par les testicules. Les spermatozoïdes sont destinés à assurer la reproduction en fécondant les ovocytes.

Éjaculation : expulsion, au moment de l’orgasme, d’un éjaculat constitué de sperme.Liquide pré-séminal : liquide translucide qui peut contenir des spermatozoïdes. Il est secrété par les glandes de Cooper situées autour du méat urétral. Il favorise la lubrification de l’urètre et la survie des spermatozoïdes avant le rapport sexuel.

Chez l’andrologue

L’andrologue est, pour le garçon, un peu l’équivalent du gynécologue pour la fille. La différence c’est qu’on le consulte plutôt pour des petits problèmes et pas pour un suivi préventif. Ce médecin, spécialiste de l’appareil génital masculin, va tout d’abord procéder à un entretien afin de vous connaître. Puis, il procèdera à un examen clinique.Examen andrologique: inspection externe des organes génitaux de l’homme afin de dépister d’éventuelles anomalies ou affections. L’examen de base comprend une palpation du scrotum, des testicules, du pénis…

Chez l’andrologue, on peut :

  •  Réaliser des examens

Spermogramme : examen du sperme éjaculé pour étudier le volume de l’éjaculat, le nombre de spermatozoïdes, leur mobilité et les caractéristiques physiques et chimiques du sperme (couleur, Ph, odeur…).

Azoospermie : absence de spermatozoïdes lors du spermogramme.

Spermocytogramme : l’examen de la forme des spermatozoïdes. Une cause de stérilité masculine peut être un nombre trop important de spermatozoïdes de forme anormale.

Tératospermie : C’est la diminution du nombre de spermatozoïdes normaux au spermocytogramme.Asthénospermie : diminution du nombre de spermatozoïdes mobiles au spermogramme.

  •  Déceler certains problèmes ou dysfonctionnements

Phimosis : rétrécissement du prépuce qui empêche ou gêne la découverte du gland au moment du décalottage. Pour en savoir plus : Je n’arrive pas à décalotter

Impuissance : impossibilité, malgré le désir, d’avoir une érection et d’accomplir l’acte sexuel. Pour en savoir plus: Les troubles sexuels chez le garçon

Dysfonctionnements érectiles : absence d’érection ou perte de l’érection au moment de la pénétration ou lors du rapport sexuel.

Éjaculation précoce : éjaculation ayant lieu moins d’1 minute après la pénétration. Très fréquentes au début de la vie sexuelle. Pour en savoir plus: L’éjaculation précoce

Rupture (fracture) de la verge : rupture, lors d’un rapport sexuel, des corps caverneux parfois associée à une lésion de l’urètre antérieur.

Rupture du frein du prépuce : déchirement, lors d’un rapport sexuel, du frein trop court du prépuce. Pour en savoir plus : Le frein du prépuce

Verge tordue : au moment de l’érection la verge se tord vers la gauche et vers la droite. Ce trouble congénital ne s’accompagne pas de troubles de l’érection.

Circoncision : ablation du prépuce situé au bout du gland. Acte bien souvent religieux mais parfois médical (en cas de phimosis par exemple). Pour en savoir plus : La circoncision

Priapisme : situation dangereuse dans laquelle le pénis après l’érection ne retrouve pas sa mollesse normale au bout de quatre heures, même en l’absence de toute stimulation physique ou psychologique. C’est une urgence médicale et a besoin d’être traitée par un médecin qualifié. Pour en savoir plus : Les troubles sexuels chez le garçon

Micropénis : lorsque la dimension de la verge est inférieure à 7 cm en érection, et inférieure à 4 cm au repos. Une des causes principales de micropénis est l’insuffisance de secrétions en testostérone. Pour en savoir plus : Petit pénis

Vasectomie : méthode de contraception irréversible qui consiste à sectionner ou bloquer chirurgicalement les canaux déférents qui transportent les spermatozoïdes.

À retrouver sur http://www.filsantejeunes.com/andrologie-les-mots-a-connaitre-5156
Information proposée et validée par Santé publique France - Fil santé jeunes Publiée le 08/11/2016
Une équipe d’adultes aux compétences professionnelles complémentaires, habitués à répondre aux questions santé des jeunes. Nous avons tous l’expérience de l’écoute téléphonique sur le numéro vert Fil Santé Jeunes (0 800 235 236). Notre équipe est composée de professionnels de santé (médecins et psychologues) et chaque texte publié est validé par un comité de rédaction composé de plusieurs membres de l’équipe. Elle comporte aussi des professionnels du net. Notre accompagnement est totalement gratuit. Ce service est réservé aux jeunes de 12 à 25 ans
Santé publique France - Fil santé jeunes
Le contenu proposé vous a-t-il été utile ?