Coronavirus Covid-19 et cancer: questions et réponses

Information proposée par Service Public d’Information en Santé Publiée le 10/09/2020

La propagation de l’infection à Covid-19 alarme les patients atteints de cancer, car elle semble toucher principalement les personnes fragiles, qui peuvent risquer des complications graves. Voici dons des informations pratiques pour les malades et leurs proches.

 

En quoi cette infection Covid-19 diffère-t-elle de la grippe saisonnière?



A différence du Covid-19, pour la grippe saisonnière il y a un certain niveau d’immunité diffusée au sein de la population, pour la similitude des virus grippaux, et en particulier grâce à l’existence d’un vaccin spécifique produit chaque année, toujours recommandé en début de saison à la majorité des patients atteints de cancer, qui suivent en grande partie l’indication. Comme pour la grippe, certaines catégories de personnes - les personnes âgées, les immunodépresseurs, les personnes atteintes de nombreuses maladies concomitantes, les patients souffrant d’une grave détérioration physique - sont à un risque plus élevé parce que l’infection éventuelle cause plus complications graves.

Bien que les symptômes causés soient semblables à ceux de la grippe, le virus Covid-19, responsable de l’urgence actuelle, est différent des virus grippaux, à la fois parce qu’il appartient à une autre famille de virus, et parce qu’il est nouveau pour l’homme.

Cela signifie que notre système immunitaire n’est pas préparé à réagir à cette infection par rapport à la grippe saisonnière, qui, en outre, ne cause pas de pneumonie aussi souvent que l’infection par le coronavirus.

Si tous les citoyens devaient tomber malades en même temps, les systèmes de santé pourraient ne pas être en mesure de prendre soin des patients les plus graves, même s’ils étaient peu nombreux en pourcentage du nombre total de personnes atteintes.

Tout cela justifie les mesures mises en place, même à la lumière du fait qu’il n’y a pas encore de vaccin.

Les patients atteints de cancer sont-ils plus à risque que les autres?



Les patients atteints de cancer représentent une population plus exposée au risque d’infection et aux complications possibles. Toutefois, il faut évaluer au cas par cas en fonction du type de pathologie tumorale, de l’état général de la personne et de la thérapie quelle suit. Par exemple, les thérapies immunosuppressives (qui réduisent l’efficacité du système immunitaire) exposent à un risque accru de contracter une infection.

Cependant, rien n’indique qu’un patient atteint de cancer soit plus à risque d’infection spécifiquement du Covid-19 : le risque accru s’applique à toutes les maladies infectieuses, et pas seulement à cela. Même chez un patient qui n’a pas de réduction de l’efficacité du système immunitaire, une éventuelle infection peut avoir un cours plus difficile ou plus sévère sur la base du degré et du type de cancer qui le touche, précisément en raison d’un état de santé déjà fragile et non optimal.


Une étude menée par l’Institut Curie sur deux-cent patients pris en charge pour des cancers de différents types et diagnostiqués COVID + indique que "le COVID-19 n’est pas plus fréquent chez les patients atteints de cancer que dans la population générale. De plus, l’infection au SARS-CoV-2 n’est pas un facteur d’aggravation et ne provoque pas de surmortalité chez ces patients."  L'étude est actuellement en cours de soumissions mais elle est d'ores et déjà accessibles en ligne. Les conclusions de l'étude, publiée le 26 mai dernier montrent que "la surveillance et la prise en charge du COVID-19 chez ces patients est une priorité mais ne doit pas mettre au second plan la prise en charge du cancer."

 

L’immunothérapie et l’immunosuppression causées par la chimiothérapie augmentent-ils le risque d’infection?



Il n’existe aucune donnée sur les risques de contracter l’infection par coronavirus pendant le traitement d’immunothérapie ou l’immunosuppression de la chimiothérapie. Il n’existe pas non plus de données (dans le sens des études scientifiques publiées) sur la question de savoir si le traitement de l’immunothérapie ou l’immunosuppression de chimiothérapie peut affecter spécifiquement le développement clinique de l’infection par le coronavirus. Cependant, il est raisonnable de penser, par analogie avec le cas de la grippe saisonnière, qu’en présence d’immunosuppression de la chimiothérapie, il peut y avoir plus de complications et que leur traitement puisse être plus complexe.  

Est-il logique de reporter ou d’arrêter le traitement du cancer?



Il n’y a aucun argument actuellement, au vu de la situation épidémiologique française, pour suspendre ou reporter les traitements de votre cancer, chirurgie, chimiothérapie, traitement ciblé, immunothérapie, radiothérapie ou autre. En général, il n’y a pas de circonstances qui justifient le report du traitement du cancer, sauf par exemple le fait qu’un département d’oncologie puisse avoir été exposé à l’infection par le coronavirus

Qu’est-ce qu’on peut dire au sujet d’autres thérapies telles que la radiothérapie ou l’hormonothérapie, qui n’agissent pas directement sur le système immunitaire?



L’hormonothérapie n’affecte pas directement le système immunitaire et la radiothérapie l’affecte moins que la chimiothérapie, il est donc raisonnable de dire qu’il n’y a pas de risques majeurs.

Quelles mesures pratiques devrait-il prendre dans la vie quotidienne un patient atteint de cancer ?



Les règles de conduite suggérées par le Ministère de la Santé aident à contenir le risque de contracter l’infection: se laver les mains souvent, éviter tout contact étroit avec les personnes souffrant d’infections respiratoires aigües, ne pas toucher les yeux, le nez et la bouche avec les mains (sans les avoir lavées à l’avance), couvrir la bouche et le nez si vous éternuez ou toussez, nettoyer les surfaces (salles de bains, cuisines, tables où vous déjeunez, bureaux) avec des désinfectants à base de chlore ou de l’alcool.
Les vaccins (comme la vaccination anti-pneumococcique ou anti-grippale) doivent être réalisés conformément aux recommandations en vigueur et ces recommandations n’ont pas, à ce jour, été modifiées.

Il n’est pas utile de prendre des antibiotiques à moins qu’ils soient prescrits par votre médecin.

N’ayez pas peur des animaux de compagnie parce qu’ils ne propagent pas le virus. Si vous avez une forte fièvre et de la toux, vous devrait contacter votre médecin ou votre oncologue pour avoir son avis.

Que se passe-t-il si un patient atteint de cancer attrape l’infection à Covid-19?



Dans le cas d’infection par coronavirus chez un patient atteint de cancer, nous nous comportons comme s’il avait une pneumonie bactérienne, dont le traitement devient une priorité sur la maladie oncologique (comme c’est le cas pour toutes les maladies aigues). Dans un sens, le risque lié au coronavirus est un élément supplémentaire parmi les nombreux qui font déjà partie de l’évaluation entre les risques et les avantages que le médecin fait constamment pour chacun de ses patients.

Quelles sont les recommandations pour les personnes qui s’occupent des malades?



Il est certainement raisonnable que les soignants d’un patient atteint de cancer veillent à éviter tout contact entre les malades au cours du traitement de chimiothérapie et les sujets présentant des symptômes comme la fièvre et la toux.

Ce principe, cependant, est valable indépendamment du coronavirus car il s’agit d’une bonne règle contre toutes les formes d’infection.

Si un membre de la famille ou un soignant d’un patient présente des symptômes d’infection respiratoire, il est conseillé qu’il reste à distance du patient atteint du cancer, en plus des recommandations qui s’appliquent à tout le monde.

Les personnes qui vivent en contact avec un patient atteint de cancer, en plus de suivre ces normes, devraient se faire vacciner contre la grippe. Il s’agit de ne pas risquer de transmettre l’infection au patient, surtout si celui-ci pour des raisons cliniques ne peut pas être vacciné, et de faciliter le diagnostic d’une infection possible de coronavirus, qui pourrait autrement être confondue avec la grippe.

Quelles modalités pour la reprise de travail pour les personnes atteintes d'un cancer? 

 

La reprise du travail pour les personnes vulnérables a été préconisée dans des conditions sanitaires renforcées par l'avis du 30 juin du Haut Conseil de la santé publique et établi par le décret n°2020-1098 du 29 août 2020


Le télétravail est à privilégier mais lorsque le télétravail n’est pas possible, le retour en présentiel doit être faite dans des conditions de sécurité renforcée via :

  • l'utilisation de masques chirurgicaux mis à disposition par l’entreprise au travailleur, qui devra le porter en continu dès la sortie de son domicile jusqu'au retour chez lui (durée maximale du port de masque : 4 heures ) ;
  • lavage régulier des mains ;
  • aménagement du poste de travail : bureau dédié ou limitation du risque (ex. : écran de protection).

Toutefois, pour les malades atteints de cancer évolutif sous traitement (hors hormonothérapie) et pour les personnes avec une immunodépression congénitale ou acquise ( due à une chimiothérapie anti cancéreuse, un traitement immunosuppresseur, une biothérapie et/ou corticothérapie à dose immunosuppressive, etc...) l’activité partielle des personnes vulnérables ainsi que les arrêts de travail dérogatoires des travailleurs indépendants et agents publics concernés pourront être maintenus, sur prescription du médecin.



Si vous avez des doutes ou des questions, n’hésitez pas à contacter votre médecin en premier ou le numéro vert 0800 130 000.


 

 

 

 

Information proposée par Service Public d’Information en Santé Publiée le 10/09/2020
Le Service Public d’Information en Santé, au sein du Ministère des solidarités et de la santé, associe les institutions et agences publiques missionnées dans les champs de la santé, ainsi que les partenaires privés à but non lucratif (associations, ordres professionnels, sociétés savantes, universités…).
La démarche vise à assurer la cohérence et la cohésion des actions autour d’une vision commune de l’information publique en santé prévoyant également l’élaboration d’outils favorisant l’implication des usagers au processus d’amélioration du système de santé.
Service Public d’Information en Santé

Le contenu proposé vous a-t-il été utile ?