Don d'organes : comment se passe l'intervention chirurgicale pour le donneur ?

Information proposée et validée par Agence de la Biomédecine Publiée le 16/11/2017

L’intervention chirurgicale pour un donneur de rein de son vivant est appelée néphrectomie.

Elle est pratiquée sous anesthésie générale :
soit par lombotomie : l’incision est réalisée en face du rein, la cicatrice est soit sur le côté, sous les côtes, il peut être nécessaire de pratiquer l’ablation de la dernière côte en fonction de la position du rein.
soit par cœlioscopie : l’opération est assistée par vidéo, ce qui permet de réduire l’importance des incisions et les douleurs post-opératoires. De plus en plus, les équipes recourent à la cœlioscopie puisque plus de 80 % d’entre elles l’utilisent aujourd’hui.

Celle-ci peut être réalisée directement par le chirurgien, ou bien, l’opérateur pourra être assisté par un robot qui améliorera la précision du geste. Tout cela grâce à de petites incisions qui permettront d’introduire les instruments et la camera.

L’hospitalisation dure de 3 à 10 jours selon le type d’intervention. Aucun traitement médicamenteux ou régime n’est nécessaire après l’opération. La néphrectomie ne compromet pas les grossesses à venir. Le donneur reprend une vie normale.

Le suivi après l'opération

Le suivi médical du donneur est indispensable. Il est réalisé chaque année par l’équipe de greffe, ou par le médecin traitant si l’hôpital greffeur est situé trop loin du domicile du donneur. Une échographie rénale est pratiquée tous les deux ans.

Les résultats sont transmis à l’Agence de la biomédecine, qui gère un registre relatif au suivi des donneurs vivants d’organes depuis 2004. Ces données permettent d'assurer un suivi médical des donneurs.

À retrouver sur https://www.dondorganes.fr/questions/95/comment-se-passe-lintervention-chirurgicale-pour-le-donneur
Information proposée et validée par Agence de la Biomédecine Publiée le 16/11/2017
L’Agence de la biomédecine est un établissement public d’État créé par la loi de bioéthique du 6 août 2004, dépendant du ministère de la Santé. Elle exerce ses missions dans les domaines du prélèvement et de la greffe d’organes, de tissus et de cellules, ainsi que de la procréation, de l’embryologie et de la génétique humaines.
 
Agence de la Biomédecine

Le contenu proposé vous a-t-il été utile ?