Don d'organes : A quel moment les proches sont consultés ?

Information proposée et validée par Agence de la Biomédecine Publiée le 15/11/2017

Tout d’abord il faut savoir qu’en France, c'est le principe du consentement présumé qui a été choisi. La loi indique que nous sommes tous donneurs d’organes et de tissus, sauf si nous avons exprimé de notre vivant notre refus d’être prélevé.

Ainsi, au moment du décès, avant d’envisager un prélèvement d’organes et de tissus, l’équipe médicale doit systématiquement vérifier, si la personne décédée a fait valoir de son vivant une opposition au prélèvement de tout ou partie de ses organes et tissus. En premier lieu, l’équipe médicale demandera la consultation du registre national des refus pour savoir si le défunt y est inscrit.

Si ce n’est pas le cas, elle vérifiera  auprès des proches si le défunt n’a pas fait valoir de son vivant son opposition à l’écrit ou à l’oral. Dans le cas d’une opposition orale, l’équipe médicale demandera aux proches d’en préciser les circonstances et de signer la retranscription qui en sera faite par écrit. Il conviendra donc d’être le plus précis possible pour faciliter cette retranscription.

À retrouver sur https://www.dondorganes.fr/questions/22/quel-moment-les-proches-sont-consult%C3%A9s
Information proposée et validée par Agence de la Biomédecine Publiée le 15/11/2017
L’Agence de la biomédecine est un établissement public d’État créé par la loi de bioéthique du 6 août 2004, dépendant du ministère de la Santé. Elle exerce ses missions dans les domaines du prélèvement et de la greffe d’organes, de tissus et de cellules, ainsi que de la procréation, de l’embryologie et de la génétique humaines.
 
Agence de la Biomédecine

Le contenu proposé vous a-t-il été utile ?