Etre une fille, devenir une femme

Information proposée et validée par Santé publique France - Fil santé jeunes Publiée le 07/11/2016

C’est la phrase que toutes les petites filles ont prononcé au moins une fois, toi y compris ! Et maintenant voilà que ce qui te semblait si loin, si inatteignable devient réalité. Tu grandis, tu te transformes, tu quittes la petite fille et tu approches la femme. 

Ce cheminement n’est pas forcément facile à comprendre, à vivre, à gérer. Tu te poses mille questions auxquelles il n’y a pas forcément de réponses, tu as du mal à te (re)connaître, tu es impatiente et à la fois apeurée. Mais pourquoi donc ?

La naissance de la sexualité

On dit (enfin surtout Sigmund Freud) que même les bébés ont une sexualité. C’est vrai mais cette sexualité est très différente de celle des adultes. A l’adolescence, c’est vers cette nouvelle sexualité qu’on se tourne. Pourquoi ? Parce que notre corps, nos hormones et notre tête s’y préparent. On découvre l’envie de « passer à l‘acte » et la peur de la première fois. Devenir une femme, c’est entrer dans la vie sexuelle active, avec tout ce que cela comporte de bienfaits et de risques. On se demande si c’est le bon moment, la bonne personne, si on va y arriver, si on est normale…

Les transformations du corps

La naissance de la sexualité résulte de la puberté. La puberté, c’est la période de la vie où le corps se transforme pour se préparer à la vie adulte. Parfois on peut se sentir mal car le corps a tendance à grandir plus vite que la tête : physiquement, tu parais avoir 18 ans alors que dans ta tête tu n’en as encore que 13 ! Ça peut prendre jusqu’à 5 ans pour que le corps et la tête se synchronisent ! Pour en savoir plus sur les transformations pubertaires, tu peux lire l’article de ce dossier sur la puberté. Pour les filles, la capacité à procréer (à faire des enfants) est une étape essentielle de la vie. Dans le corps, cela se traduit par l’arrivée des règles, le développement des seins, l’élargissement du bassin etc.… Chaque jeune fille sait qu’elle peut potentiellement devenir une maman à partir de ce moment-là, même si cela peut sembler encore très abstrait. Cette éventualité (même si ce n’est pas fait dans la réalité) change le rapport qu’on peut avoir avec sa propre mère.

Une nouvelle place dans la famille

Être adolescente, c’est se détacher petit à petit de ses parents pour devenir adulte. Or, tout adulte reste quand même l’enfant de ses parents. C’est là tout le paradoxe : devenir adulte c’est s’affranchir de son statut d’enfant, tout en restant l’enfant de ses parents.

Une jeune fille, à la puberté, devient symboliquement l’égale de sa mère. Elle est, comme elle, capable de séduire les hommes y compris son père mais inconsciemment (c’est le complexe d’Œdipe qui se réactive à cet âge-là), de plaire, de faire des enfants, de fonder une famille, de prendre ses propres décisions, de lui emprunter ses vêtements, de l’imiter… C’est tout le rapport mère/fille qui en est bouleversé. Avec le temps il se restaure généralement de lui-même. Bien souvent, on passe de l’identification à l’opposition (et vice versa) à sa mère avant de se trouver soi-même. Pendant que tu grandis et tu mûris, ton père et ta mère font de même ! On ne naît pas parents, on le devient. Les places de chacun se redéfinissent perpétuellement. Être parents d’enfants c’est différent que d’être parents d’ados.

Le rapport aux autres

Devenir femme c’est aussi assumer celle que l’on est et la place que l’on occupe dans la société, le groupe d’amis, les collègues…. On ne peut plus se cacher derrière une pseudo immaturité, naïveté ou inexpérience que l’enfance excusait. Notre rapport aux autres est plus lourd de conséquences mais c’est aussi ce qui contribue à l’autonomisation. Devenir adulte c’est devenir autonome. Devenir femme, c’est devenir actrice de la société au même titre que les hommes.

À retrouver sur http://www.filsantejeunes.com/etre-une-fille-devenir-une-femme-6189
Information proposée et validée par Santé publique France - Fil santé jeunes Publiée le 07/11/2016
Une équipe d’adultes aux compétences professionnelles complémentaires, habitués à répondre aux questions santé des jeunes. Nous avons tous l’expérience de l’écoute téléphonique sur le numéro vert Fil Santé Jeunes (0 800 235 236). Notre équipe est composée de professionnels de santé (médecins et psychologues) et chaque texte publié est validé par un comité de rédaction composé de plusieurs membres de l’équipe. Elle comporte aussi des professionnels du net. Notre accompagnement est totalement gratuit. Ce service est réservé aux jeunes de 12 à 25 ans
Santé publique France - Fil santé jeunes
Le contenu proposé vous a-t-il été utile ?