FAQ Médicaments

Information proposée et validée par medicament.gouv.fr Publiée le 31/10/2016

Prix, circuit du médicament, péremption, mise sur le marché… Vous trouverez ici la liste des questions les plus fréquemment posées sur les médicaments.

Les médicaments sont-ils vendus au même prix ?

  • Dans toutes les officines ?

Les médicaments remboursables par l’Assurance maladie sont vendus au même prix dans toutes les pharmacies. Les médicaments non remboursables sont à prix libre.

  • Sur les sites autorisés de vente en ligne ?

Le prix des médicaments vendus sur un site autorisé de vente en ligne est fixé librement par le pharmacien d’officine. Le prix sur le site internet peut être différent de celui pratiqué au sein de l’officine, aucune obligation n’existant sur ce point. Dans tous les cas, le prix doit être fixé avec tact et mesure comme l’oblige le code de déontologie pharmaceutique. Pour les médicaments remboursables par les organismes d’assurance maladie, ce prix peut être inférieur au prix de remboursement.

Ai-je le droit de refuser la prescription d’un générique ?

Oui, vous pouvez refuser le médicament générique que le pharmacien vous propose en remplacement du médicament prescrit par le médecin.

Toutefois, votre refus peut avoir des conséquences sur la manière dont vous serez remboursé par l’Assurance maladie. En effet vous risquez, d’une part, de vous voir refuser par le pharmacien le bénéfice du tiers payant, et, d’autre part, de devoir vous acquitter dans certains cas de la différence de prix entre le médicament de marque et son générique. 

Dans certaines situations cliniques particulières et propres à chaque patient, le médecin peut s’opposer à la substitution par le pharmacien en portant sur l’ordonnance la mention manuscrite "non substituable". Cette mention est portée sur l’ordonnance de manière manuscrite avant la dénomination de la spécialité prescrite.

 

Que faire des médicaments non utilisés une fois le traitement terminé ?

Les médicaments non utilisés après la prise du traitement doivent être rapportés, avec leur emballage, dans n’importe quelle pharmacie (pas forcément celle où ils ont été délivrés), en vue d’être éliminés par la filière Cyclamed.

Il est déconseillé de stocker des médicaments non utilisés car les prendre sans avis médical peut être dangereux pour la santé : médicament inapproprié pour la pathologie, incompatibilité avec un autre traitement, ….

Peut-on acheter sans risque des médicaments sur Internet ?

Seul l’achat de médicament sur un site internet autorisé par une agence régionale de santé (ARS) vous garantit la qualité et la sécurité du médicament commandé.

La vente par internet de médicaments est en effet réservée aux pharmaciens titulaires d’une officine de pharmacie et aux pharmaciens gérants d’une pharmacie mutualiste ou de secours minière (pour ses membres). Le site internet du pharmacien doit obligatoirement être adossé à son officine.

Il convient donc de toujours vérifier si le site internet qui propose des médicaments à la vente est bien autorisé.

La liste des sites de vente légalement autorisés est disponible sur le site de l’Ordre des pharmaciens et sur celui du ministère chargé de la santé.

Attention, sur les sites internet non autorisés, la qualité des médicaments et leur sécurité n’est pas garantie. Il peut y avoir des médicaments falsifiés. Un médicament falsifié peut présenter une composition différente de celle du médicament d’origine : absence, surdosage ou sous-dosage en principe actif ou présence de substances toxiques. Le médicament peut être inactif donc inefficace pour vous soigner. Il risque aussi d’être toxique donc dangereux pour votre santé.

Où obtenir des informations sur les effets indésirables d’un médicament ?

Les effets indésirables susceptibles d’être provoqués par la prise d’un médicament sont mentionnés sur la notice qui se trouve dans la boîte de chaque médicament. Des informations sont disponibles sur le site de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et dans la base de données publique des médicaments. Les professionnels de santé, notamment un médecin ou un pharmacien, peuvent également être consultés pour obtenir ces informations.

Les Centres régionaux de pharmacovigilancepeuvent donner des avis spécialisés aux professionnels de santé sur la prévention des effets indésirables, les interactions, la conduite à tenir devant un effet indésirable, des conseils thérapeutiques, fournir des éléments d’aide à la décision pour l’évaluation du risque d’un traitement médicamenteux au cours de la grossesse et de l’allaitement, fournir des données pharmacologiques sur le médicament en général. Ils peuvent répondre aussi aux demandes d’information des patients sur le médicament (dans le respect de la déontologie médicale).

Peut-on prendre un médicament périmé ?

Il ne faut pas utiliser de médicaments au-delà de leur date de péremption, parce que les conditions de conservation n’ont été étudiées que pour une durée correspondant à cette date. Au-delà, l’efficacité n’est plus garantie et certaines molécules peuvent même devenir dangereuses.

Il est conseillé de ne pas conserver de vieux médicaments chez soi et de les rapporter à son pharmacien Le réseau Cyclamed se chargera de les récupérer et de les incinérer.

Le médicament générique est-il aussi efficace que le médicament original ?

Un médicament générique a la même composition qualitative et quantitative en principes actifs (substances à l’origine de l’effet du médicament) et la même forme pharmaceutique (comprimé, gélule, sirop…) que le médicament princeps.

Pour obtenir une autorisation de mise sur le marché (AMM), le laboratoire souhaitant commercialiser un médicament générique doit démontrer sa bioéquivalence avec le médicament de référence, c’est-à-dire apporter la preuve qu’il se comporte de la même manière dans l’organisme en termes d’absorption, de distribution et d’élimination.

L’AMM des médicaments génériques repose sur la même méthode d’évaluation que celle appliquée à l’ensemble des médicaments par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Toutes les données permettant d’évaluer et de garantir leur qualité, leur efficacité et leur sécurité d’emploi doivent être fournies par l’entreprise pharmaceutique en vue de l’obtention de l’AMM. 

Ainsi, la demande d’AMM pour un médicament générique comprend :

  •  un dossier pharmaceutique qui comporte toutes les données apportant la preuve de la qualité du médicament ;
  •  un dossier biopharmaceutique apportant la preuve de la bioéquivalence du générique par rapport au médicament de référence.

Dans quels cas un médicament est-il retiré du marché ?

Après sa mise sur le marché, le médicament continue d’être surveillé.

L’autorisation de mise sur le marché (AMM) d’un médicament peut être suspendue notamment lorsqu’un médicament peut être nocif, qu’il n’a pas la composition qualitative et quantitative déclarée, que son étiquetage ou sa notice ne sont pas conformes, qu’il n’a pas d’effet thérapeutique ou que son rapport bénéfice/risque est devenu défavorable. Le médicament est alors retiré du marché, en attendant que de nouvelles études soient réalisées et qu’une décision définitive soit prise par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) ou par la Commission européenne (CE). A l’issue de cette procédure, l’AMM du médicament peut être modifiée ou définitivement retirée.

Pour un même traitement, faut-il toujours prendre le même générique ?

D’une façon générale, il n’est pas nécessaire de prendre toujours le même générique pour le même traitement. Cependant, dans certaines situations particulières tenant soit du traitement lui-même, soit du patient, il peut être recommandé dans la mesure du possible de prendre toujours le même générique. Votre médecin et votre pharmacien connaissent ces situations particulières et sauront vous conseiller sur ce point.

Quelle est la différence entre un médicament à prescription médicale obligatoire et un médicament à prescription médicale facultative ?

Certains médicaments inscrits sur une liste spécifique, dits médicaments à prescription obligatoire, nécessitent la rédaction par le médecin, après consultation par le patient, d’une ordonnance.

Cette ordonnance doit être obligatoirement présentée au pharmacien pour que celui-ci puisse délivrer le médicament prescrit.

Le conditionnement externe de ces médicaments comporte obligatoirement la mention "uniquement sur ordonnance" et un espace blanc dont la bordure est de couleur verte ou rouge pour que le pharmacien puisse y inscrire les mentions prévues par le code de la santé publique.

Ces médicaments peuvent ou non être remboursés par les organismes de sécurité sociale. Les autres médicaments sont dits à prescription médicale facultative, c’est-à-dire qu’ils peuvent être prescrits par un médecin ou conseillés par le pharmacien.

Comment un médicament est-il mis sur le marché ?

Pour être commercialisé, un médicament doit obtenir une autorisation de mise sur le marché (AMM) délivrée soit par le directeur général de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), soit par la Commission européenne après évaluation par le Comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l’Agence européenne d’évaluation des médicaments (EMA).

Pour obtenir cette AMM, l’entreprise pharmaceutique qui le fabrique doit constituer un dossier d’AMM reprenant notamment tous les résultats scientifiques obtenus pendant le développement du médicament et les études cliniques. Une AMM ne peut être délivrée que lorsque ce dossier d’AMM apporte la preuve de la qualité, de la sécurité et de l’efficacité du médicament, avec un rapport bénéfice/risque favorable.

 

 







 

 



 

Information proposée et validée par medicament.gouv.fr Publiée le 31/10/2016

Le contenu proposé vous a-t-il été utile ?