Greffe d'organes : quels sont les effets secondaires de l'immunosuppression ?

Information proposée et validée par Agence de la Biomédecine Publiée le 16/11/2017

Pour que la greffe réussisse, il faut que le système immunitaire du receveurne rejette pas l’organe du donneur.

Une seule solution, à moins d’avoir affaire à des jumeaux parfaitement identiques : affaiblir le système immunitaire du receveur. C’est ce que l’on appelle l’immunosuppression.

Pour ce faire, le patient greffé doit prendre à vie un traitement médicamenteux dit "immunosuppresseur".

De plus en plus efficaces et maîtrisés, les traitements immunosuppresseurs ont toutefois des effets indésirables. En premier lieu, ils ont l’inconvénient de rendre l’organisme plus vulnérable aux maladies infectieuses (virales, bactériennes, fongiques) et aux tumeurs cancéreuses. L'association de plusieurs traitements entre eux permet de diminuer les effets secondaires de chacun en proposant des doses plus faibles de chaque médicament.

À retrouver sur https://www.dondorganes.fr/questions/85/quels-sont-les-effets-secondaires-de-limmunosuppression
Information proposée et validée par Agence de la Biomédecine Publiée le 16/11/2017
L’Agence de la biomédecine est un établissement public d’État créé par la loi de bioéthique du 6 août 2004, dépendant du ministère de la Santé. Elle exerce ses missions dans les domaines du prélèvement et de la greffe d’organes, de tissus et de cellules, ainsi que de la procréation, de l’embryologie et de la génétique humaines.
 
Agence de la Biomédecine

Le contenu proposé vous a-t-il été utile ?