Il était une fois… la contraception

Information proposée et validée par Santé publique France - Fil santé jeunes Publiée le 16/11/2016

Pas facile pour vous aujourd’hui de vous rendre dans une pharmacie acheter des préservatifs ou la pilule du lendemain, de comprendre le gynécologue quand il vous explique comment bien prendre la pilule, vous vous sentez parfois gênés à l’idée de parler « contraception »…

Pourtant… La contraception est aujourd’hui rentrée dans les mœurs de notre pays. Chaque femme peut décider d’y avoir recours ou pas, il en est de même pour l’IVG. Si nous avons cette liberté, c’est parce que pendant presque un siècle des femmes (et des hommes aussi!) se sont battus, au prix parfois de sanctions douloureuses.

Quelques repères pour vous aider à retracer son histoire

  • 1914 Margart Sanger, une infirmière américaine, crée la Ligue de contrôle des naissances. En 1916, elle est emprisonnée pour avoir ouvert une clinique qui pratique l’avortement dans un quartier pauvre de New-York. En 1923, elle est à l’initiative du premier centre de planning familial: 3 ans plus tard, 250 centres sont recensés aux États-Unis.
  • 1924 Au japon, le Dr Ogino est l’inventeur d’une nouvelle méthode contraceptive. Partant du principe que la période de fécondation des femmes se situe entre le 12ème et le 16ème jour du cycle (période d’ovulation), la « méthode Ogino »consiste à « bien calculer » si on veut éviter une grossesse. Cette méthode se révèle inefficace à 40%!
  • 1928 Un gynécologue allemand, Ernst Graffenberg, invente le stérilet. D’abord constitué de fils d’or et d’argent, cet anneau est en plastique à partir des années 60. Ce médecin est également le premier à parler du mystérieux « point G ».
  • 1930 En Angleterre, l’Église accepte l’utilité du contrôle des naissances. Le gouvernement britannique permet alors l’enseignement des « techniques anticonceptionnelles ». Mais la France ne suit pas encore ce mouvement…
  • 1942 En France, le gouvernement de Vichy vote, le 15 février, la peine de mort pour les « faiseuses d’anges », c’est-à-dire les avorteuses. Marie-Louise Giraud est guillotinée en juillet 1943, à titre d’exemple. Les jeunes femmes qui avortent risquent elles-aussi entre 6 mois et de 2 ans de prison.
  • 1954 Gregory Pinkus, américain, invente la pilule contraceptive. Il met progressivement au point sa pilule avec des tests portant sur les hormones progestérone et œstrogène.
  • 1966 Le 26 mars, le magazine Paris-Match titre « Feu vert pour la pilule »: il y fait référence à un rapport encore confidentiel qui encourage les politiques à autoriser la pilule contraceptive. 16 ans plus tard, l’un des auteurs de ce rapport, le Pr Baulieu, inventera la pilule RU 486 (pilule abortive).
  • 1969 Le pape Paul VI condamne officiellement toute action ou moyen visant à rendre impossible le processus de procréation.
  • 1999 Le contraceptif d’urgence appelé communément « pilule du lendemain », le Norlevo, est commercialisé. Pharmaciens et infirmières scolaires sont autorisés à la distribuer de manière anonyme et gratuite pour les mineures.
  • 2000 L’implant contraceptif Implanon est mis sur le marché. Placé dans le bras pendant plusieurs années, il est parfait pour les « habituées des oublis de pilule »!
  • 2004 Des centres de recherches européens font des essais cliniques pour tester la fiabilité d’une pilule pour les hommes. Inspirée un peu de l’implant, ce moyen de contraception révolutionnaire pourrait être dans le commerce en 2007… A suivre.
  • 2005 L’Organisation Mondiale de la Santé recommande l’usage du préservatif allié ou pas à un autre moyen de contraception. Cette recommandation touche plus particulièrement l’Afrique où se développe le sida de manière catastrophique.
À retrouver sur http://www.filsantejeunes.com/il-etait-une-fois-la-contraception-5101
Information proposée et validée par Santé publique France - Fil santé jeunes Publiée le 16/11/2016
Une équipe d’adultes aux compétences professionnelles complémentaires, habitués à répondre aux questions santé des jeunes. Nous avons tous l’expérience de l’écoute téléphonique sur le numéro vert Fil Santé Jeunes (0 800 235 236). Notre équipe est composée de professionnels de santé (médecins et psychologues) et chaque texte publié est validé par un comité de rédaction composé de plusieurs membres de l’équipe. Elle comporte aussi des professionnels du net. Notre accompagnement est totalement gratuit. Ce service est réservé aux jeunes de 12 à 25 ans
Santé publique France - Fil santé jeunes
Le contenu proposé vous a-t-il été utile ?