La circoncision

Information proposée et validée par Santé publique France - Fil santé jeunes Publiée le 08/11/2016

Parfois, au début de sa sexualité, on peut se sentir gêné d’être circoncis car on craint de ne pas être « comme tout le monde » ou « pas normal« , et de créer un malaise ou de la gêne auprès de son ou sa partenaire. En 2009, l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) estimait qu’environ 30% des hommes de plus de 15 ans étaient circoncis dans le monde. Environ 1/3, ça fait un peu de monde non ? Pour t’aider à te sentir plus à l’aise avec la circoncision, si tu es concerné, nous te proposons cet article.

Qu’est-ce que la circoncision ?

La circoncision (ou posthectomie) est une petite intervention chirurgicale, assez fréquente, qui consiste à retirer le prépuce(petite peau que recouvre le gland du pénis). Son origine est assez méconnue, mais elle semblerait venir de l’Égypte Antique.

Elle peut être pratiquée pour 2 raisons essentielles :

  • Pour des raisons culturelles ou religieuses dans la religion juive et musulmane et plus rarement catholique, chez le garçon, souvent très jeune. Elle a dans ce cas, une signification rituelle ou symbolique.
  • Pour des raisons hygiéniques (surtout aux USA et dans les pays anglo-saxons) et / ou médicales, et ce à tout âge.

Une consultation d’anesthésie pré-opératoire est obligatoire quelques jours avant l’opération.

L’intervention se déroule sous anesthésie générale ou locale. Dans les jours qui suivent il faut pratiquer quelques soins afin de favoriser la cicatrisation et d’éviter toute infection.

Depuis 2007, en Afrique Subsaharienne, il existe des campagnes de circoncision volontaire initiées par l’OMS, dans le but de prévenir la transmission du virus du sida. En effet, il semblerait que la circoncision puisse diminuer les risques de transmission du VIH, mais il faut garder à l’esprit que seule l’utilisation du préservatif est garantie. Pour ce qui est des autres IST (papillomavirus, l’herpès…) rien n’a été démontré scientifiquement.

Quel est le rôle du prépuce ?

Le prépuce est un repli de peau qui coulisse en couvrant plus ou moins le gland à l’état de flaccidité (pas d’érection), et qui se rétracte en érection.

C’est un tissu composé de peau, de muqueuse, de nerfs, de vaisseaux sanguins et de fibres musculaires. Le prépuce contient des milliers de terminaisons nerveuses, c’est une partie sensible au toucher. Il est mobile, il glisse de haut en bas le long de la verge, assurant un confort à l’homme, ainsi qu’à son ou sa partenaire sexuelle. C’est ce qu’on appelle le mécanisme de glissement.

Chez l’homme non circoncis, le gland a l’aspect lisse et humide et chez l’homme circoncis, il est « kératinisé », donc plus sec et moins lisse.

Pourquoi circoncire médicalement ?

  • Le phimosis : à la fin de la puberté, le décalottage doit être aisé, sinon, une chirurgie peut être nécessaire.
  • Le paraphimosis : c’est un blocage du prépuce sur le pénis derrière le gland. Le prépuce reste coincé en position décalotté et il ne peut plus coulisser pour revenir couvrir le gland. L’extrémité du prépuce comprime le gland qui devient violacé provoquant un gonflement. Cela peut est douloureux.
  • La rupture du frein du prépuce : est un accident assez fréquent et bénin. Il provoque des douleurs et des saignements importants, car, le pénis est très vascularisé (c’est-à-dire qu’il contient beaucoup de vaisseaux sanguins). Le prépuce est relié à la verge par le frein, un fil en forme triangulaire. Lors d’une érection, le gland se décalotte et le frein se tend. S’il est trop court, il peut se déchirer lors d’un rapport sexuel.

 

Si la circoncision est pratiquée pour une de ces raisons médicales, la sécurité sociale prend en charge cet acte.

Les complications de la circoncision

Quelles que soient les raisons, une opération chirurgicale n’est jamais anodine. Des risques de complications existent (saignements, infection, complications cutanées…). C’est pourquoi il est important de pratiquer correctement les soins post-opératoires. La gestion de la douleur doit aussi être prise en compte, ce qui veut dire que votre médecin doit pouvoir vous donner des antidouleurs si vous souffrez.

Les précautions à prendre

Le temps de cicatrisation de cette intervention est de 3 semaines. Il est fortement conseillé de ne pas avoir de rapports sexuels pendant cette période. Une fois la cicatrisation correctement terminée, l’activité sexuelle peut commencer ou reprendre normalement.

Conséquences de la circoncision sur la sexualité de l’homme

Contrairement à ce que beaucoup pourraient penser, la circoncision n’a pas d’impact sur l’aspect mécanique de la sexualité (érection, éjaculations va-et-vient…). Pour ce qui est du plaisir, le ressenti et les sensations restent subjectifs (c’est-à-dire personnels), qu’on soit circoncis ou pas. De même pour ses partenaires.

À retrouver sur http://www.filsantejeunes.com/la-circoncision-5706
Information proposée et validée par Santé publique France - Fil santé jeunes Publiée le 08/11/2016
Une équipe d’adultes aux compétences professionnelles complémentaires, habitués à répondre aux questions santé des jeunes. Nous avons tous l’expérience de l’écoute téléphonique sur le numéro vert Fil Santé Jeunes (0 800 235 236). Notre équipe est composée de professionnels de santé (médecins et psychologues) et chaque texte publié est validé par un comité de rédaction composé de plusieurs membres de l’équipe. Elle comporte aussi des professionnels du net. Notre accompagnement est totalement gratuit. Ce service est réservé aux jeunes de 12 à 25 ans
Santé publique France - Fil santé jeunes
Le contenu proposé vous a-t-il été utile ?