La contraception et ses échecs : quelques trucs pour ne pas oublier…

Information proposée et validée par Santé publique France - Fil santé jeunes Publiée le 16/11/2016

Bon, on n’est quand-même plus au Moyen-âge… Il existe désormais des moyens fiables d’éviter une grossesse non désirée autres que la migraine et l’abstinence.

Pour info, la méthode du retrait avant éjaculation n’est définitivement pas fiable puisque nos chers petits bataillons de spermatozoïdes n’hésitent pas à se promener, outre dans le sperme, dans le liquide pré-séminal qui lubrifie le sexe de notre Apollon.

Donc halte au bricolage contraceptif : une méthode et des repères fiables s’imposent.

Pilule contraceptive, préservatif féminin et masculin, patch, implant, spermicides etc … Les moyens de contraception ne manquent pas au rayon « faire l’amour sans danger de pouponner 9 mois plus tard ». Ce serait bien le comble de ne pas trouver le contraceptif le mieux adapté à nos besoins.

Alors pourquoi diable sommes-nous si souvent tête en l’air dès qu’il s’agit de se protéger ?

Les deux moyens de contraception les plus utilisés sont : la pilule et le préservatif.

Bien sûr le choix de l’un, de l’autre ou des deux dépend de la nature de la relation entre les deux partenaires et l’on ne rappellera jamais assez que seul le préservatif prémunit à la fois des infections sexuellement transmissibles et des risques de grossesse.

La pilule seule quant à elle, est préconisée dans le cadre d’une relation stable entre deux partenaires s’étant préalablement assurés qu’ils n’étaient porteurs d’aucune I.S.T. (à vérifier auprès de son gynécologue, de son médecin traitant ou d’un centre de dépistage anonyme et gratuit).

Il s’agit donc pour tout un chacun d’avoir à portée de main (non, on n’a pas dit dans la main…) une boîte de préservatifs prêts à l’emploi. En effet, on entend souvent sur la ligne du Fil Santé Jeunes des « c’était pas prévu, on n’en avait pas sur nous, on n’a pas trouvé de pharmacie etc » …

Alors, à moins de vivre dans le fin fond du Cantal (que les choses soient claires, nous n’avons rien contre le Cantal), le pays est quand-même pas trop mal équipé en ce qui concerne les pharmacies, parapharmacies, distributeurs automatiques et grandes surfaces qui proposent en libre accès les fameux petits bouts de plastique !

« Encore faut-il anticiper » me direz-vous ? Et bien oui, anticipez car il vaut mieux avoir une capote dans son sac à main, dans sa pochette ou tout autre petite sacoche que

  • de courir des risques, et du coup ne pas profiter pleinement de ce moment d’intimité car, avouons-le, un rapport non protégé mobilise des tonnes de culpabilité, après mais aussi pendant l’acte,
  • ou encore de se jeter sur la console de jeu histoire de nous aider à oublier que décidément on n’a pas de cerveau …

Et vous aurez l’air de quoi ?

  • Non, pas d’un ou une obsédé-e mais de quelqu’un qui, en plus d’avoir un appareil génital fonctionnel a aussi un cerveau en pleine possession de ses moyens !! Et c’est valable aussi bien pour ces messieurs que pour les belles qui pensent à tort que le préservatif ne concerne que le genre masculin.

En réalité pas du tout! Et haut les cœurs : si préservatif est un mot masculin et pilule un mot féminin, on n’est quand-même deux à partager un moment de plaisir, donc (suivez le raisonnement) deux à prendre ces questions d’organisation bien en main.

Ainsi, Mister Apollon aura AUSSI le droit d’aider sa dulcinée à penser à prendre sa pilule.

Ce geste anodin de prendre un comprimé chaque jour à heure fixe est à la portée de tout le monde et il n’est nullement besoin d’avoir obtenu son bac avec mention pour exceller dans ce rituel…

Surtout que, si l’on se concentre bien, on remarque que c’est toujours la même chose, pas de variante, pas de dosage différent d’un jour à l’autre, pas de grain de folie chez nos amis les laboratoires pharmaceutiques : il faut bien encore et toujours prendre un comprimé par jour pendant 21 ou 28 jours mais ça, c’est selon le type de pilule et c’est le gentil gynécologue qui explique ça dès le début …

Donc, les gars, plus aucune excuse pour se défiler et en plus c’est un bon moyen de se valoriser :

– tu vois que je pense … (no comment)

– tu vois que je pense à toi (et non pas à ta place)

– tu vois que je pense à nous (chabada bada, chabada bada)

– tu vois que je pense autant que toi (même si tu parles deux fois plus !)

– tu vois que je suis capable de penser plus/mieux (choisissez) que toi … Et toc !

Et pour ne pas que l’épreuve soit trop difficile à surmonter, préférez un moment où vous faites toujours la même chose : le matin au réveil, avant / après brossage de dents ; le soir au coucher, avant / après brossage de dents et toutes ces choses qui sont incontournables CHAQUE JOUR.

Les autres points de repère sont sans doute plus risqués puisqu’ils sont exposés à davantage de variations selon la période : semaine, week-end, vacances etc … ne sont pas toujours remplis des mêmes activités repères. Et oui, là, dans notre exemple, obligation de sa laver les dents … ah, ah, nous aussi on peut faire de la prévention pour l’hygiène bucco-dentaire.

Et comme nous n’avons pas le monopole des bonnes idées, nous vous invitons vivement à partager vos astuces sur le forum

À retrouver sur http://www.filsantejeunes.com/la-contraception-et-ses-echecs-quelques-trucs-pour-ne-pas-oublier-6050
Information proposée et validée par Santé publique France - Fil santé jeunes Publiée le 16/11/2016
Une équipe d’adultes aux compétences professionnelles complémentaires, habitués à répondre aux questions santé des jeunes. Nous avons tous l’expérience de l’écoute téléphonique sur le numéro vert Fil Santé Jeunes (0 800 235 236). Notre équipe est composée de professionnels de santé (médecins et psychologues) et chaque texte publié est validé par un comité de rédaction composé de plusieurs membres de l’équipe. Elle comporte aussi des professionnels du net. Notre accompagnement est totalement gratuit. Ce service est réservé aux jeunes de 12 à 25 ans
Santé publique France - Fil santé jeunes
Le contenu proposé vous a-t-il été utile ?