La perte de l’érection

Information proposée et validée par Santé publique France - Fil santé jeunes Publiée le 08/11/2016

Ce soir, c’est le grand soir ! On va « LE » faire. Tout est prêt, on va y aller mais tout à coup… c’est la panne, silence radio, plus d’érection, je débande !…

Quand on parle d’érection insuffisante, il peut s’agir d’un pénis qui manque de fermeté, mais également d’une érection qui était tout à fait satisfaisante pendant les préliminaires et qui disparaît au moment « crucial » de la pénétration.

Perdre son érection est parfois vécu comme un drame car notre société valorise l’érection de l’homme  présentée comme l’élément déterminant de sa virilité. Comme il est difficile de cacher cette petite panne, le malaise est parfois grand…

Mécanique de la « débande »

Lorsqu’on perd son érection, il se produit une « vasoconstriction » qui est un rétrécissement réflexe des vaisseaux sanguins de la verge. Ce phénomène empêche l’érection qui a besoin que les vaisseaux se gorgent de sang. Perdre l’érection est donc un phénomène chimique et mécanique qui est ordonné par notre cerveau.

Perte de l’érection : Pourquoi ça arrive ?

De multiples raisons peuvent perturber l’érection : le stress, la fatigue, des problèmes à l’école, avec la famille, les amis …

La perte de l’érection peut par exemple se produire si une émotion forte occupe l’esprit, comme un deuil ou des difficultés scolaires, si on ressent de l’anxiété, un moment de déprime, la peur de ne pas être à la hauteur, mais aussi des évènements heureux mais stressants comme une nouvelle rencontre, un premier rendez vous… Certains médicaments, la consommation d’alcool ou de drogues entrainent également des pertes de l’érection qui cessent dés l’arrêt de ces produits. Une dernière cause bien sûr et le cas où l’on manque d’attirance pour son/sa partenaire.

Les pertes d’érections sont normales à l’adolescence et chez les adultes. Lors des premières relations sexuelles, il n’est pas rare de se sentir stressé. En se mettant la pression, il se peut que l’érection soit difficile à maintenir. Il est important d’apprendre à se connaître et à respecter son propre rythme !

Pour considérer qu’il s’agit d’un trouble de l’érection, il faut que cette difficulté se répète régulièrement pendant au moins trois mois consécutifs. Donc, si vous perdez votre érection « de temps en temps », il n’y a pas à s’inquiéter. Si en revanche ce problème persiste ou perturbe votre vie sexuelle, il est conseillé d’en parler à un médecin.

Prévenir la « débande »

Quelques questions pour se sentir plus assuré : Suis-je prêt à avoir une relation sexuelle ? En ai-je envie ? De quoi ai-je peur ? Mes copains me mettent-ils la pression ? Ai je envie d’impressionner ma/mon partenaire ? Et si je lui en parlais ?… Serais-je capable de mettre un préservatif ? Et si je m’entraînais ?…

Tel un sportif qui a besoin d’entrainement, on peut s’exercer à maintenir son érection. Pour cela la masturbation, l’imagination et l’aide de son/sa partenaire sont de bons moyens pour y parvenir. Le rapport sexuel est un moment de partage, c’est donc à chacun de participer au maintien de l’excitation. On peut aussi parler, expliquer ce qu’il se passe, cela peut permettre de se sentir plus à l’aise… L’érection est un signe d’excitation sexuelle donc tout ce qui favorise l’excitation entretient l’érection… soyez créatifs !

À retrouver sur http://www.filsantejeunes.com/la-perte-de-lerection-7013
Information proposée et validée par Santé publique France - Fil santé jeunes Publiée le 08/11/2016
Une équipe d’adultes aux compétences professionnelles complémentaires, habitués à répondre aux questions santé des jeunes. Nous avons tous l’expérience de l’écoute téléphonique sur le numéro vert Fil Santé Jeunes (0 800 235 236). Notre équipe est composée de professionnels de santé (médecins et psychologues) et chaque texte publié est validé par un comité de rédaction composé de plusieurs membres de l’équipe. Elle comporte aussi des professionnels du net. Notre accompagnement est totalement gratuit. Ce service est réservé aux jeunes de 12 à 25 ans
Santé publique France - Fil santé jeunes
Le contenu proposé vous a-t-il été utile ?