Le préservatif, un tue-l’amour ?

Information proposée et validée par Santé publique France - Fil santé jeunes Publiée le 22/11/2016

Le préservatif a parfois mauvaise réputation… Peut-être avez-vous déjà entendu qu’il pourrait être responsable d’une perte de sensations, ou pire encore, qu’il serait coupable d’une possible « débandade » de son malheureux porteur.

Nous vous passerons les idées reçues existant sur sa non-fiabilité (le coquin étant parfois suspecté d’exploser s’il atteint le septième ciel). Certains préservatifs se cacheraient même exprès à l’autre bout de la maison pour empêcher tout rapprochement amoureux…Un peu de sérieux s’impose, nous vous proposons donc un tour d’horizon pour mieux comprendre d’où viennent cette réputation et ces idées reçues et surtout comment faire pour que le préservatif ne soit pas un suspect mais le complice de vos ébats amoureux.

La débandade

Avec ou sans préservatif, le moment du rapport sexuel peut s’accompagner d’une perte de l’érection. Beaucoup d’émotion, un zeste de trouille, une idée parasite et le fiasco se profile.

Si on ajoute à ça une mauvaise connaissance du préservatif ou alors l’expédition type « chasse au trésor » consistant à traverser toute la maison, à se jeter sur un tiroir, à fouiller dedans pendant que Mademoiselle attend dans la chambre, on peut comprendre qu’un petit ramollissement pointe son nez.

Le préservatif n’est pas responsable et encore moins coupable : bien savoir le mettre en s’étant entraîné rend le geste automatique, plus besoin de réfléchir et l’avoir à porter de main empêche toute dispersion… Et puis, mademoiselle peut aider et transformer ce moment en caresse… Si elle n’est pas très à l’aise pour le mettre, elle peut continuer à toucher le corps du garçon. Et oui, enfilage de préservatif ne signifie pas séparation des corps.

Les sensations…

Nous ne vous cacherons pas que les premiers essais de préservatifs font un effet bizarre au niveau des sensations. Mais après quelques expériences, le corps, habitué à ses nouvelles sensations, va mieux les repérer. En plus, il existe plusieurs types de préservatifs dont certains qui vont eux-mêmes procurer des sensations tant au porteur qu’à sa partenaire. Il est bien loin le temps où ils étaient en boyaux d’animaux et où leur épaisseur (parfois plus d’un mm) était un handicap, mais cette réputation leur colle au latex.

N’hésitez pas à essayer les super fins ou les texturés. Si vous avez l’impression que ça chauffe ou que la pénétration est difficile, pensez au lubrifiant (à base d’eau bien-sûr), il en existe même procurant des effets spéciaux, frissons garantis ! Alors, le préservatif…nouvel accessoire érotique ?

L’explosion…

Que les choses soient claires : un préservatif bien utilisé n’explose pas. Les causes de ces accidents qui peuvent rendre réticent à son usage sont claires.

  • Il est trop vieux ou a séjourné au chaud.
  • Son emballage est abimé
  • On a mal chassé l’air
  • Un coup d’ongle l’a abimé

Si pour une raison X ou Y cela vous arrive et que Mademoiselle ne prend pas la pilule, il faut qu’elle se rende le plus rapidement possible à la pharmacie ou à l’infirmerie de son établissement pour se procurer la contraception d’urgence.

Alors, rassurés… Le préservatif est avant tout un ami qui permet de pouvoir faire l’amour en se protégeant et en protégeant l’autre d’une grossesse non voulue et des IST. Et puis, il peut même devenir excitant, drôle, voire devenir à lui tout seul un sextoy.

À retrouver sur http://www.filsantejeunes.com/le-preservatif-un-tue-l-amour-5144
Information proposée et validée par Santé publique France - Fil santé jeunes Publiée le 22/11/2016
Une équipe d’adultes aux compétences professionnelles complémentaires, habitués à répondre aux questions santé des jeunes. Nous avons tous l’expérience de l’écoute téléphonique sur le numéro vert Fil Santé Jeunes (0 800 235 236). Notre équipe est composée de professionnels de santé (médecins et psychologues) et chaque texte publié est validé par un comité de rédaction composé de plusieurs membres de l’équipe. Elle comporte aussi des professionnels du net. Notre accompagnement est totalement gratuit. Ce service est réservé aux jeunes de 12 à 25 ans
Santé publique France - Fil santé jeunes
Le contenu proposé vous a-t-il été utile ?