Le suivi médical de la grossesse

Information proposée et validée par Santé publique France - Fil santé jeunes Publiée le 14/11/2016

Vous voilà lancées dans la grande aventure de la grossesse…
Difficile parfois de démêler les émotions diverses qui vous traversent, entre joie, excitation et angoisse. Difficile également de faire confiance à « Dame Nature » en regardant son ventre s’arrondir tout en s’inquiétant des multiples démarches médicales à faire…
Parce qu’elles sont nombreuses.
 

Une grossesse, c’est tout à fait naturel. Ce n’est pas une maladie. Mais cela implique tout de même un suivi médical régulier.

 

Au tout début, il n’est jamais facile de s’y retrouver, de savoir qui aller voir, quand, et pourquoi. On peut se sentir un peu perdue…

Les consultations chez le gynécologue

Elles doivent avoir lieu tous les mois, elles sont obligatoires (pour bénéficier de la prise en charge Sécurité Sociale et Mutuelle) à partir du 4ème mois.

En général, ces consultations sont proposées au sein des maternités à partir d’un certain stade de la grossesse (entre le 5ème et le 7ème mois de grossesse souvent). Ainsi, les consultations des premiers mois pourront s’effectuer par votre gynécologue habituel qui fera ensuite le lien avec celui de la maternité. Si votre gynécologue est aussi un obstétricien travaillant dans une maternité, il pourra ainsi vous proposer naturellement le suivi de votre début de grossesse jusqu’à votre accouchement.


 Ces consultations sont l’occasion :

 

  • pour vous, de parler de votre ressenti, de vos inquiétudes, d’éventuelles douleurs, des difficultés rencontrées au cours de l’évolution de votre grossesse, et de poser toutes les questions dont vous avez besoin. Parce que des questions… il y en a !
  • pour votre médecin, de vous rassurer et de vous apporter des réponses ! De suivre, grâce à l’examen médical, l’évolution de votre grossesse, d’en diagnostiquer d’éventuelles anomalies. Il pourra aussi vous prescrire des traitements pour effacer vos petits tracas, les examens sanguins et les échographies nécessaires.

Les analyses de sang et des urines

En tout début de grossesse, vous aurez à faire un bilan sanguin relativement complet : glycémie, albumine, fer, recherche sérologique de la toxoplasmose, du cytomégalovirus, de la rubéole (ces virus sont dangereux pour le développement du fœtus)…  En fonction des résultats, le médecin vous prescrira des examens réguliers pour vérifier leur évolution et pouvoir y réagir s’il y a changement anormal. 

 

Entre la 14ème et la 17ème semaine d’aménorrhée (sans règles donc), une prise de sang appelée autrement « test des marqueurs sériques » est conseillée. Elle permet d’évaluer, en fonction du dosage hormonal de la grossesse associé à l’âge maternel, le risque potentiel d’une trisomie 21. Le résultat annoncé n’est pas une certitude, il s’agit de l’estimation d’un risque. Lorsque le résultat est inférieur ou égal à 1/250, un examen supplémentaire appelé amniocentèse est proposé aux futures mères qui le souhaitent. Cet examen permettra de confirmer, ou pas, la présence d’une pathologie génétique.

 

Au début du 6ème mois, une nouvelle prise de sang est également indiquée, pour cette fois évaluer la réaction de l’organisme à l’ingestion rapide et dense de glucose. Cet examen permet de diagnostiquer un éventuel « diabète gestationnel ». S’il existe, ce diabète aura à être surveillé et traité jusqu’à la fin de la grossesse.

Les échographies

Si les échographies font partie de la surveillance normale de la grossesse et relèvent d’une technique médicale poussée, elles sont surtout l’occasion pour vous, futurs parents, de vivre un premier contact avec votre futur bébé. Souvent un moment magique à vivre à deux, parfois teinté quand même d’un peu d’angoisse. Ces échographies sont là pour constater que tout va bien, ou de dépister des anomalies.

 

Trois échographies sont proposées, aux alentours de la 12ème semaine, de la 22ème semaine et de la 32ème semaine d’aménorrhée. Ces trois examens ont chacun des objectifs différents :

 

  • la première vient d’abord confirmer la grossesse et en évaluer le terme. C’est la toute première image du fœtus en évolution, au moment où la grossesse n’est pas encore visible à l’œil nu. Les battements du cœur sont très perceptibles. L’échographe mesure la « clarté nucale », signe potentiel de la présence d’une pathologie génétique.
  • la deuxième échographie est celle des mesures. Le bébé est déjà formé, ses mesures aident à évaluer son bon développement. C’est à ce stade de grossesse également qu’il est possible de connaître son sexe, si vous le souhaitez.
  • la troisième échographie évalue les conditions de l’accouchement futur : la position du bébé dans le ventre, son poids, là où il en est de son évolution …

 Toutes ces démarches sont généralement prises en charge par l’assurance maladie.

 

À retrouver sur http://www.filsantejeunes.com/le-suivi-medical-de-la-grossesse-6012
Information proposée et validée par Santé publique France - Fil santé jeunes Publiée le 14/11/2016
Une équipe d’adultes aux compétences professionnelles complémentaires, habitués à répondre aux questions santé des jeunes. Nous avons tous l’expérience de l’écoute téléphonique sur le numéro vert Fil Santé Jeunes (0 800 235 236). Notre équipe est composée de professionnels de santé (médecins et psychologues) et chaque texte publié est validé par un comité de rédaction composé de plusieurs membres de l’équipe. Elle comporte aussi des professionnels du net. Notre accompagnement est totalement gratuit. Ce service est réservé aux jeunes de 12 à 25 ans
Santé publique France - Fil santé jeunes
Le contenu proposé vous a-t-il été utile ?