Le syndrome prémenstruel

Information proposée et validée par Santé publique France - Fil santé jeunes Publiée le 08/11/2016

Un vrai casse-tête… Ce sujet mérite pourtant que l’on s’y intéresse ! En effet, 35 à 40 % des femmes et des jeunes femmes sont concernées, de manière plus ou moins importante. De quoi s’agit-il ?

Voici un petit éclairage sur le syndrome prémenstruel, le « SPM ». On a souvent tendance à oublier l’implication des hormones dans la vie de tous les jours, et pourtant, celle-ci est bien plus forte que ce qu’on croit. Parler de syndrome quand on aborde la question des règles mérite quelques explications, car  avoir ses règles n’est en soi pas une maladie.

Un syndrome, c’est quoi : définition du Larousse

Syndrome : n.m (grec sundrômé, concours), ensemble de plusieurs symptômes ou signes en rapport avec un état pathologique donné et permettant, par leur groupement, d’orienter un diagnostic.

Syndrome prémenstruel : ensemble de symptômes présents quelques jours avant les règles. Il se caractérise par un ensemble de manifestations émotionnelles (nervosité, colère) et physiques, (douleurs).  Ces troubles sont cycliques et disparaissent à l’arrivée des règles.

Quels sont les signes ?

Petite précision, les femmes présentant ce trouble peuvent présenter un ou plusieurs symptômes cités ci-dessous, pas forcément tous, ni obligatoirement en même temps :

  • Grande fatigue
  • Troubles du sommeil
  • Migraines ou maux de tête
  • Baisse du désir sexuel
  • Fortes envies de manger
  • Crampes abdominales
  • Douleurs musculaires
  • Douleurs dans les seins
  • Rétention d’eau : gonflement du bas du ventre, jambes lourdes, prise de poids
  • Symptômes d’ordre émotionnels : humeur changeante, irritabilité, anxiété, difficultés à se concentrer, sensation d’abattement ou de dépression, pleurs.

Est-ce psychologique ?

Dire « c’est psychologique », c’est souvent un lieu commun, voire une manière de dire « on ne sait pas d’où cela vient », ou encore « ça n’existe pas… ».

Pourtant, les manifestations émotionnelles associées au SPM peuvent prendre de grandes proportions : disputes avec l’entourage, empêchement de travailler, jusqu’à un profond sentiment de déprime. Cela veut dire que oui, il y a des effets psychologiques, mais que comme nous le disions, l’origine est hormonale. On fait tout de même des hypothèses pour déterminer les causes du syndrome prémenstruel, mais les résultats des recherches ne permettent pas encore complètement de répondre. Certaines femmes, on ne sait donc pas très bien pourquoi, sont plus sujettes que d’autres.

Est-ce nécessaire de s’en inquiéter ?

La qualité de vie des femmes peut s’en trouver atteinte, les troubles sont nombreux et plus ou moins sévères. Si ces désordres sont trop envahissants, il convient de consulter son médecin, parfois un changement de contraception peut être efficace.

Tout dépend du ressenti de celle qui souffre et de la manière dont se passe la période qui précède ses règles avec son entourage. Attention tout de même à ne pas confondre ces symptômes avec ceux d’un trouble dépressif ou même d’une vraie dépression. La différenciation se fait par la durée, la répétitivité et l’intensité des symptômes.

À retrouver sur http://www.filsantejeunes.com/le-syndrome-premenstruel-6728
Information proposée et validée par Santé publique France - Fil santé jeunes Publiée le 08/11/2016
Une équipe d’adultes aux compétences professionnelles complémentaires, habitués à répondre aux questions santé des jeunes. Nous avons tous l’expérience de l’écoute téléphonique sur le numéro vert Fil Santé Jeunes (0 800 235 236). Notre équipe est composée de professionnels de santé (médecins et psychologues) et chaque texte publié est validé par un comité de rédaction composé de plusieurs membres de l’équipe. Elle comporte aussi des professionnels du net. Notre accompagnement est totalement gratuit. Ce service est réservé aux jeunes de 12 à 25 ans
Santé publique France - Fil santé jeunes
Le contenu proposé vous a-t-il été utile ?