Les maisons des adolescents

Information proposée et validée par Santé publique France - Fil santé jeunes Publiée le 07/11/2016

Récemment, dans votre quartier, dans la ville voisine ou à l’autre bout de votre département, une « MDA » a ouvert ses portes. Vous en avez entendu parler, vous êtes déjà passé devant, vous avez jeté un coup d’œil à l’intérieur. Ce que vous savez peut-être déjà, c’est qu’une MDA est un endroit pour les jeunes, où on peut aller parler de ses problèmes. Est-ce suffisant pour « franchir le cap » ? Pas toujours … Alors on vous en dit un peu plus, histoire de mieux vous y accompagner.

C’est quoi une Maison des adolescents ?

Récemment, dans ton quartier, dans la ville voisine ou à l’autre bout de ton département, une « MDA » a ouvert ses portes. Tu en as entendu parler, tu es déjà passé devant, tu as jeté un coup d’œil à l’intérieur ? Ce que tu sais peut-être déjà, c’est qu’une MDA est un endroit pour les jeunes, où on peut aller parler de ses problèmes. Est-ce suffisant pour « franchir le cap » ? Pas toujours …

Alors on t’en dit un peu plus, histoire de mieux t’y accompagner.

Les MDA s’adressent aux adolescents et jeunes adultes (à partir de 11-12 ans, et jusqu’à 18 – 21 ou 25 ans selon les structures), à leur entourage (amis, parents, famille) et aux professionnels (éducation nationale, travailleurs sociaux, animateurs, formateurs …).

Du côté des jeunes et des parents

Tu peux aller dans une MDA parce que tu te poses des questions, parce que tu es inquiet, pour parler de toi, d’une difficulté, pour chercher des solutions à un problème, pour dire que tu ne vas pas bien, pour demander de l’aide.

Dans une MDA, tous les sujets ou préoccupations propres à l’adolescence peuvent être abordés : la sexualité, la puberté, le corps, les relations aux autres, la famille, les amis, la violence, la consommation de drogues, le mal être, les prises de risques …

Tu peux y être accueilli seul ou accompagné, anonymement, gratuitement et sans rendez-vous.

Lorsque tu passes passez la porte, il t’est offert un temps d’écoute et d’échange informel pendant lequel tu peux dire pourquoi tu es là, dire ce que tu souhaites, comme tu en as envie, à ta façon.

A la suite d’un ou de deux entretiens avec celle ou celui qui t’a accueilli, tu as la possibilité :

  • de ne plus revenir, si ta situation a évolué ou si tu te sens mieux.
  • d’être orienté vers un travail de groupe : groupe de parole, groupe à médiation thérapeutique (dans lequel tu partageras avec d’autres une expérience autour du théâtre, de la musique ou de la peinture…).
  • d’être orienté vers un autre lieu, dans lequel une prise en charge plus longue sera possible : un CMP, un service hospitalier spécialisé …

Si orientation il y a, elle est proposée de manière adaptée, en fonction de qui tu es, et de là où tu en es. Quoiqu’il arrive, elle ne se fait pas sans ton avis, et surtout pas sans ton accord.

Les parents ont également la possibilité d’être reçus et écoutés, avec ou sans toi, pour exprimer leurs inquiétudes ou simplement poser des questions.

Du côté des professionnels

Les MDA participent activement au tissage d’un réseau de partenaires professionnels locaux. Ressources auprès des professionnels qui le souhaitent (par exemple, pour animer des actions de prévention santé dans les établissements scolaires), elles peuvent être sollicitées également pour aider au démêlage de situations difficiles.

L’idée est de favoriser le travail en commun, d’unir les forces, de réfléchir ensemble à la mise en  place d’actions adaptées et aider les ados de la meilleure manière possible.

Dans la réalité, chaque Maison des Ados fonctionne un peu différemment, s’adaptant à ses financements, à sa position géographique et à la population qu’elle accueille …

Tu as besoin ou envie de rencontrer un professionnel dans une MDA ?

En appelant Fil Santé jeunes au 0 800 235 236 (anonyme et gratuit, ouvert tous les jours de 8h à minuit), tu pourras obtenir les coordonnées de la MDA la plus proche de chez toi, mais en connaître aussi les particularités (horaires, professionnels, activités…).

Pour en savoir plus également, tu peux consulter la Carte de France des MDA.

Quels professionnels peut-on rencontrer dans une MDA ?

Tu as entre 11 et 21 ans (les âges peuvent varier selon les structures), tu te poses des questions sur ta santé, tu as besoin de parler de quelque chose qui te préoccupe dans ta vie mais tu ne sais pas trop où aller ?

Il y a certainement près de chez toi une Maison des Adolescents. Tu peux y rencontrer différents professionnels. L’accueil est gratuit et confidentiel, anonyme si tu le souhaites. Tu peux y aller seul ou accompagné des tes parents ou d’un adulte.

La première visite

Lors de ta première visite, un (e) animateur (trice), un(e) infirmièr(e) ou un(e) éducateur(trice) t’accueille.  Il/elle peut te faire visiter les lieux en te présentant les différents espaces. Par exemple, dans certaines MDA, il y a un espace santé  qui est un lieu d’accueil et de convivialité avec une cafétéria ouverte à tous. C’est aussi un lieu de prévention où l’on trouve des informations sur les problèmes de santé des adolescents et sur les questions qu’ils peuvent se poser.

Ce professionnel te reçoit en entretien individuel pour parler de ta situation ou des problèmes que tu souhaites aborder. Tu peux aussi leur poser des questions sur la sexualité, la contraception, les maladies transmissibles, tes droits…

Il/elle peut te guider et te conseille dans tes démarches. Par exemple,  l’animatrice multimédia te guide dans tes recherches documentaires, sur internet ou pour d’autres demandes relatives à l’informatique.

Si tu es d’accord, tes  parents ou les personnes qui t’accompagnent, peuvent assister au début de l’entretien.

Si tu en ressens le besoin, ou si le professionnel qui t’a accueilli le pense utile, il peut te proposer de rencontrer ensuite  à la MDA des intervenants spécialisés.

Les consultations spécialisées

Chacun possède des compétences spécifiques qui peuvent répondre à tes besoins.

Tu peux rencontrer  (en fonction des MDA) :

  • une conseillère d’orientation psychologue
  • un diététicien
  • des professionnels de la santé : nutritionniste, pédopsychiatre, dermatologue, psychiatre, endocrinologue…
  • un juriste
  • un avocat

La Maison des ados travaille aussi avec des professionnels extérieurs.

La MDA est en lien avec de nombreux partenaires, professionnels de l’adolescence. Elle pourra t’orienter vers eux ou t’aider à les contacter. Par exemple : la Mission Locale, l’École des Parents et des Éducateurs, le Mouvement Français pour le Planning Familial, le CRIJ, les services de pédiatrie, psychiatrie, pédopsychiatrie, les services d’addictologie…

Les MDA : pas très envie d’y aller ?

Questions sur la sexualité, sur les droits des jeunes, dispute avec une copine, problème avec l’alimentation, séparation des parents, idées suicidaires, acné importante, peur de grandir, phobie scolaire, plus envie de parler à ses parents, simple besoin de discuter avec un adulte… quand on est ado, on ne pense pas forcément qu’un lieu pourrait accueillir ce genre de préoccupations.

La Maison des Ados : on sait que ce n’est pas un centre de loisirs ou un lieu pour apprendre, et on croit souvent que c’est un endroit dans lequel on rencontre seulement des professionnels de santé comme des psychologues.

Mais peuvent-ils accueillir ce genre de questions ? Ce n’est pas plutôt un endroit pour les fous, les personnes fragiles ou déséquilibrées ? Qu’est ce qu’on y trouve exactement ?

Pourquoi on n’a pas envie, qu’est ce qu’on craint ? 

A l’idée d’aller dans une Maison des Ados, des tas d’images, de questions, d’angoisses se bousculent dans notre tête et peuvent être à l’origine de résistances, c’est-à-dire des réticences à s’y rendre. Peut-être que ces appréhensions viennent du fait que l’on ignore ce qu’est réellement ce genre de structure, quelles sont les personnes qui nous accueillent, ce qu’on peut y dire, y faire, et comment ça se passe ?

On a peur naturellement de ce que l’on ne connaît pas. On peut se demander quel peut bien être l’intérêt de se rendre dans une structure pour parler de soi, de ses problèmes, de son mal-être, ou bien poser des questions (qui peuvent paraître stupides), de surcroît à quelqu’un qu’on ne connaît pas.

On a peur d’être jugé, de ne pas savoir quoi dire ; on craint que ça ne serve à rien, qu’on ne se sente pas mieux ensuite. On craint aussi que l’autre porte un regard sur soi un peu particulier, qu’il nous prenne pour un fou, un faible. De plus, parler de ce qui est douloureux, de ce qui fait mal est toujours difficile et demande, il est vrai, beaucoup de courage.

On peut être réticent à se rendre à la Maison des Ados aussi parce que c’est sa mère ou son père qui a pris rendez-vous et qu’il (ou elle) a décidé de s’y rendre avec nous pour expliquer « ce qui ne va pas ». Et en plus si on rencontre quelqu’un qui nous connaît… Que va-t-il penser ? Peut-être pas grand-chose en fait.

Comment se rassurer ?

En fait ce qu’il faut se dire : c’est qu’une Maison des Ados, c’est un peu comme Fil Santé Jeunes (mais en vrai  . On arrive, une personne (psy, éducateur, infirmière etc…) accueille, écoute ce qu’on dit (ou ce qu’on ne dit pas) et essaye de voir ensuite en fonction de nos interrogations (ou de notre silence) comment nous aider à nous sentir mieux et ce qui pourrait nous convenir.

Une Maison des Ados, c’est un lieu fréquenté par des jeunes ; on peut si on veut uniquement pousser la porte et rester à rien faire, juste pour voir. On peut aussi y aller avec l’objectif de se sentir mieux, se sentir plus apaisé par rapport à ce qui nous tourmente. D’ailleurs c’est un lieu au sein duquel les professionnels ont l’habitude de recevoir des jeunes.

Et puis ce n’est pas lieu dans lequel on est en thérapie durant plusieurs années ; il s’agit généralement d’une prise en charge immédiate qui peut être plus ou moins longue selon le type de MDA.

Enfin, même si on a rendez-vous avec ses parents, on peut ensuite demander à être reçu seul en entretien, ou souvent le professionnel le propose de lui-même.

Les autres lieux où se faire aider

Maintenant les Maisons des Adolescents (MDA) n’ont plus de secrets pour vous. Mais, comme vous l’avez constaté, il peut arriver que dans votre département il n’y en ait pas, où qu’elle soit trop éloignée de chez vous ou encore qu’elle ne corresponde pas tout à fait à votre attente, demande, besoin… Alors où aller quand ça ne va pas fort, quand on a besoin de parler, d’être écouté, accompagné dans un moment difficile ?

Les autres lieux d’écoute

Les MDA sont des lieux d’écoute. Mais il en existe d’autres qui peuvent venir compléter ce que les MDA proposent. Ces lieux d’écoute se déclinent en deux grandes familles : les PAEJ Point Accueil Écoute Jeunes) et les ESJ (Espace Santé Jeunes).

Bien que les financements et les missions ne soient pas en tout point les mêmes, ces deux types de structures fonctionnent de façon assez semblable. Elles reçoivent les jeunes avec ou sans rendez-vous, de façon anonyme et gratuite. La plupart sont gérées par des associations mais certaines sont gérées par la mairie.

Si vous avez entre 12 et 25 ans, ces lieux sont faits pour vous ! Les professionnels qui y travaillent sont formés à l’écoute et aux problématiques des jeunes de votre âge.

Vous pourrez y rencontrer des professionnels du secteur médico-social comme des psychologues, des socio-esthéticiennes, des éducateurs, des infirmiers, des assistantes sociales etc.…  Tous sont tenus au secret professionnel. L’accord des parents pour les mineurs n’est pas une obligation pour venir rencontrer l’un des professionnels.

En général vous êtes reçu pour un premier entretien afin de faire le point sur votre demande. Ensuite, une série de rencontres peuvent vous aider à mieux cerner votre difficulté et à envisager par la suite une prise en charge au long cours dans un autre lieu prévu à cet effet. En effet, ces lieux ne sont pas des lieux de soin, on n’y entreprend pas de psychothérapie. Ils sont parfois une première étape avant le soin.

Les PAEJ et les ESJ ont également la particularité de donner de l’information sur toutes les thématiques de santé. Certains proposent des ateliers, des groupes de parole afin que vous puissiez échanger entre vous tout en ayant un professionnel pour vous guider. Enfin, ils peuvent être également sollicités pour animer des actions de prévention au sein des établissements scolaires de votre ville.

Consultez l’annuaire des PAEJ en France.

Les lieux de soin

Passer par un PAEJ ou un ESJ peut suffire à dénouer une situation difficile. Cependant, pour certains, il faut aller au-delà car la difficulté a un ancrage plus profond et il est nécessaire de travailler cette question dans un cadre bien précis : celui de la psychothérapie.

Là aussi on trouve deux grandes familles : les CMP (Centre médico-psychologique) et les CMPP (centre médico-psycho pédagogique). A part la lettre P, quelle différence y-a-t-il entre ces deux structures ?

? Les CMP sont des centres de consultation gratuits qui dépendent d’un hôpital. Ils sont « sectorisés », un peu comme les établissements scolaires : en fonction de votre adresse, vous êtes rattaché à tel ou tel CMP. Les prises en charge sont assurées par des psychiatres, des psychologues, des infirmiers psychiatriques, des psychomotriciens… Il existe les CMP « infanto-juvéniles » qui accueillent les enfants jusqu’à 16 ans, et les CMP « adultes » qui accueillent à partir de 16 ans. Ces centres de consultations sont précieux dans notre système de soin, mais ils présentent un inconvénient majeur : le délai d’attente avant un premier rendez-vous peut aller jusqu’à 3 mois !

? Les CMPP sont des centres de consultation gratuits qui accueillent les jeunes de 3 à 20 ans pour des difficultés psychologiques mais aussi pour des troubles des apprentissages scolaires. Ils sont en général gérés par des associations. Ils ne sont pas sectorisés. Le type de thérapie proposé ressemble à celui des CMP.

Et quand ça va vraiment très mal ?

Quand le mal-être est trop important et que les psy qui suivent un jeune pensent que c’est opportun, il peut arriver qu’une hospitalisation soit décidée par le médecin généraliste ou le psychiatre. L’hospitalisation se fait en service de pédiatrie ou de pédopsychiatrie avant 16 ans, en psychiatrie adulte après 16 ans. De plus en plus d’hôpitaux aménagent des unités pouvant accueillir les jeunes jusqu’à 18 ou 20 ans, en pédopsychiatrie. Certaines MDA proposent des lits d’hospitalisation, d’autres sont reliées à un hôpital et facilitent les démarches d’hospitalisation dans cet hôpital. La durée du séjour est variable. Ces unités peuvent accueillir en urgence, au moment où ça va le plus mal, ou dans un deuxième temps lorsque la crise est passée et qu’il faut travailler à « reprendre le dessus ».

Ce qui est important à retenir, c’est qu’en cas de mal-être Fil Santé Jeunes peut vous orienter, alors n’hésitez pas à nous contacter au 0800 235 236.

À retrouver sur http://www.filsantejeunes.com/carte_mda
Information proposée et validée par Santé publique France - Fil santé jeunes Publiée le 07/11/2016
Une équipe d’adultes aux compétences professionnelles complémentaires, habitués à répondre aux questions santé des jeunes. Nous avons tous l’expérience de l’écoute téléphonique sur le numéro vert Fil Santé Jeunes (0 800 235 236). Notre équipe est composée de professionnels de santé (médecins et psychologues) et chaque texte publié est validé par un comité de rédaction composé de plusieurs membres de l’équipe. Elle comporte aussi des professionnels du net. Notre accompagnement est totalement gratuit. Ce service est réservé aux jeunes de 12 à 25 ans
Santé publique France - Fil santé jeunes
Le contenu proposé vous a-t-il été utile ?