Les méthodes naturelles

Information proposée et validée par Santé publique France - Fil santé jeunes Publiée le 22/11/2016

Ces méthodes naturelles sont peu fiables et plutôt contraignantes. Une grossesse peut donc survenir malgré tout.

Les méthodes « d’abstinence périodique »

1°) Méthode Ogino

Cette méthode consiste à éviter les rapports sexuels non protégés pendant la période durant laquelle une femme est fécondable, c’est-à-dire durant les cinq jours précédents l’ovulation et les deux jours suivants. On se fonde alors sur le principe théorique suivant : l’ovulation a lieu 14 jours avant la date des prochaines règles.

2°) Méthode des températures (ou méthode de la courbe thermique)

C’est une méthode qui consiste à prendre sa température pour repérer la période d’ovulation et donc la période de fécondabilité.

Au moment de l’ovulation et pendant les 14 jours suivants, la température de la femme s’élève. Les 3 jours précédents et suivants cette hausse de température sont considérés comme étant à risque quant à une éventuelle grossesse.

3°) Méthode Billing

C’est une méthode qui consiste à observer la glaire cervicale (sécrétions du col de l’utérus) permettant ainsi à la femme de savoir si elle est féconde ou pas.

Pendant la période de fécondité, la glaire cervicale change d’aspect. En périodes pré- et post-ovulatoires, la sensation de sécheresse ressentie à la vulve indique à la femme qu’elle n’est pas féconde. Le premier changement dans la sensation lui indique qu’elle entre dans sa période de fécondité.

La méthode du « retrait »

Il s’agit du retrait de l’homme du vagin de sa partenaire juste avant l’éjaculation. Les spermatozoïdes ne sont théoriquement pas libérés dans vagin et ne peuvent donc remonter jusqu’à l’utérus.

Cependant, cette méthode est peu efficace, surtout lorsqu’on est un jeune garçon et qu’on ne parvient pas encore à maîtriser ses éjaculations. De plus, avant l’éjaculation le liquide pré-séminal est sécrété. Il peut contenir des spermatozoïdes qui peuvent cheminer jusqu’à l’ovule.

Leur efficacité

L’efficacité est faible (20% à 40% d’échec), puisque l’ovulation peut avoir lieu à n’importe quel moment du cycle, différents facteurs (un rhume) peuvent être à l’origine d’une hausse de température ou modifier la consistance de la glaire cervicale (rapports sexuels). Ces méthodes restent donc très aléatoires.

Leurs avantages

Ce sont des méthodes qui ne nécessitent aucun matériel et qui sont donc gratuites.

Leurs inconvénients

Ces méthodes naturelles sont peu fiables et plutôt contraignantes. Une grossesse peut donc survenir malgré tout.

Qui peut l’utiliser ?

Tout le monde peut utiliser ces méthodes, car elles ne nécessitent pas de « matériel ». Quand les moyens de contraception classiques sont peu accessibles, ces méthodes sont malgré tout conseillées et utilisées.

À retrouver sur http://www.filsantejeunes.com/les-methodes-naturelles-5130
Information proposée et validée par Santé publique France - Fil santé jeunes Publiée le 22/11/2016
Une équipe d’adultes aux compétences professionnelles complémentaires, habitués à répondre aux questions santé des jeunes. Nous avons tous l’expérience de l’écoute téléphonique sur le numéro vert Fil Santé Jeunes (0 800 235 236). Notre équipe est composée de professionnels de santé (médecins et psychologues) et chaque texte publié est validé par un comité de rédaction composé de plusieurs membres de l’équipe. Elle comporte aussi des professionnels du net. Notre accompagnement est totalement gratuit. Ce service est réservé aux jeunes de 12 à 25 ans
Santé publique France - Fil santé jeunes
Le contenu proposé vous a-t-il été utile ?