Mettre un tampon

Information proposée et validée par Santé publique France - Fil santé jeunes Publiée le 08/11/2016

Le commerce propose deux grands types de tampons : avec ou sans applicateur.

Quand commencer avec les tampons ?



A cette question, pas de réponse. Ça commence bien… En effet, utiliser des tampons implique être relativement à l’aise avec son corps, en particulier le corps qu’on ne voit pas, le corps « interne ». On peut découvrir cette partie de soi grâce aux relations sexuelles mais aussi grâce à la masturbation. Petit à petit, chaque jeune fille devient plus à l’aise avec son corps et se permet d’explorer ces zones obscures. Il est donc évident qu’à 13 ans on peut rencontrer plus de difficultés qu’à 18 pour mettre un tampon. Mais ce n’est pas une fatalité!

Quel tampon choisir ?

Pour débuter, nous conseillons les tampons avec applicateur car leur application ne nécessite pas l’introduction de doigts dans le vagin, contrairement à l’autre modèle. Il est vrai que le modèle sans applicateur offre l’avantage d’être de taille réduite et donc de pouvoir être discret dans une poche ou un sac. Mais son application demande d’être un peu plus chevronnée. A chacune sa préférence !

Ensuite, les tampons se déclinent en mini, régulier, super. Pour des raisons de confort à l’application, le modèle mini paraît le plus adapté pour les « débutantes » et les jeunes filles vierges. Si le flux (quantité de sang écoulé) est abondant il faudra le changer souvent ou choisir un modèle plus absorbant.

Comment l’appliquer ?

Nous voilà maintenant au cœur du problème. Combien de jeunes filles ont-elles lu la notice, essayé et échoué ? Quasiment toutes, peut-être en fais-tu partie. Mettre un tampon n’est vraiment pas une formalité.

  • Pour une première fois, choisis un endroit calme, où tu ne seras pas dérangée. Sache qu’un tampon ne s’applique que pendant les périodes de règles.
  • Lave-toi les mains avant et après. Si tu le souhaites tu peux localiser le vagin à l’aide d’un miroir. Le vagin est par les petites et grandes lèvres, et se situe entre le méat urinaire et l’anus.
  • Sors le tampon de son emballage. Tu es peut-être impressionnée par sa taille. Rassure-toi, c’est l’applicateur qui est long, le tampon, lui, est de taille tout à fait raisonnable. N’hésite pas à « gâcher » un tampon en procédant à son application … dans un verre d’eau ! Tu verras exactement comment cela fonctionne.
  • Une fois l’emballage retiré, prends le tampon dans ta main habituelle (selon que tu es droitière ou gauchère) et tiens-le comme une seringue « inversée » : maintiens-le entre le pouce et le majeur au niveau de la coulisse de l’applicateur (partie à rayures en général), l’index servira de poussoir là où la cordelette ressort. Choisis la posture qui te paraît la plus confortable (accroupie, debout, une jambe relevée…). Avec l’autre main, écarte les lèvres de ton sexe. L’intérieur du poignet de la main qui tient le tampon vient se mettre face à ton pubis (zone pileuse). Tu introduis ensuite l’applicateur, bout arrondi en premier, un peu en oblique dans le vagin. S’il y a une petite résistance, n’aie pas peur de poussez un tout petit peu l’applicateur vers le fond en l’obliquant encore un peu (avec le pouce et le majeur mais pas l’index, tu risquerais de sortir le tampon trop tôt). Respire un grand coup pour détendre les muscles vaginaux et permettre à l’applicateur de glisser.
  • Une fois que l’applicateur est introduit jusqu’à la partie à rayures, fais-le coulisser en appuyant avec l’index tout en le maintenant à l’intérieur du vagin. C’est à ce moment-là que le tampon se place. Une fois la coulisse au bout, retire doucement les deux parties de l’applicateur ensemble. Si tu ne sens pas du tout le tampon et que la cordelette dépasse un peu, c’est qu’il est bien mis. Te voilà tranquille pour 3 à 4 heures (tu peux le garder toute une nuit sans problème mais veille à le changer dès le lever).
  • Pour le retirer, détends-toi et tire la cordelette lentement mais avec conviction. Un tampon imbibé est plus « lourd » et peut donc opposer quelques résistances.

Et si je n’y arrive pas ?

Pas de panique ! Il n’est écrit nulle part qu’une jeune fille doit mettre des tampons à un âge donné. Si tu n’y arrives pas, tu ranges tout, laisse passer quelques temps et ré-essaye plus tard. Avec patience et confiance en ton corps tu y arriveras. Ce qui bloque beaucoup de jeunes filles, ce n’est pas la douleur mais plutôt la peur de la douleur.

À retrouver sur http://www.filsantejeunes.com/mettre-un-tampon-5693
Information proposée et validée par Santé publique France - Fil santé jeunes Publiée le 08/11/2016
Une équipe d’adultes aux compétences professionnelles complémentaires, habitués à répondre aux questions santé des jeunes. Nous avons tous l’expérience de l’écoute téléphonique sur le numéro vert Fil Santé Jeunes (0 800 235 236). Notre équipe est composée de professionnels de santé (médecins et psychologues) et chaque texte publié est validé par un comité de rédaction composé de plusieurs membres de l’équipe. Elle comporte aussi des professionnels du net. Notre accompagnement est totalement gratuit. Ce service est réservé aux jeunes de 12 à 25 ans
Santé publique France - Fil santé jeunes
Le contenu proposé vous a-t-il été utile ?