Petites lèvres et grandes lèvres du sexe féminin

Information proposée et validée par Santé publique France - Fil santé jeunes Publiée le 07/11/2016

Quand on parle de lèvres, on pense à la partie charnue qui borde la bouche. Mais ce ne sont pas les seules ! Les lèvres désignent aussi une partie de l’appareil génital féminin externe. A quoi servent-elles ? Quel rôle jouent-elles dans le plaisir sexuel ? Comment les aimer quel que soit leur aspect ?

Les petites lèvres (ou nymphes)

Les petites lèvres ou lèvres internes sont deux muqueuses qui font partie de la vulve et qui encadrent l’entrée du vagin. Elles sont situées à l’intérieur des grandes lèvres, bien qu’elles puissent les dépasser chez certaines femmes. À leur sommet se trouve le clitoris ; le méat urinaire (par où sort l’urine) est situé entre les petites lèvres, sous le clitoris et au-dessus de l’entrée du vagin. Pendant l’excitation sexuelle, elles se gonflent de sang tout comme le clitoris, et leur couleur devient plus foncée. Cette excitation active les sécrétions vaginales, lubrifie les lèvres (grâce aux glandes de Bartholin) – ce qu’on appelle « mouiller » –  et facilite la pénétration. Les frottements contre les petites lèvres contribuent au plaisir féminin. Dans certains cas (si les petites lèvres sont assez grandes), elles peuvent augmenter la stimulation du pénis pendant la pénétration et augmenter ainsi la taille de l’érection.

Les grandes lèvres

Les grandes lèvres sont des replis de la peau qui s’étendent du mont de Vénus (c’est le pubis couvert de poils) au périnée, c’est-à-dire la zone qui s’étend entre le vagin et l’anus. Elles cachent normalement les autres organes génitaux internes.

A quoi ça sert ?

La nature ne s’encombre jamais du superflu et chaque partie de notre anatomie a une fonction précise. La taille et la forme des lèvres varient d’une femme à l’autre, tout comme le pénis chez l’homme. Elles sont plus richement innervées que le vagin et ont pour fonction de protéger le clitoris, le vagin et l’urètre. Grandes et petites lèvres sont sensibles au toucher, aux pressions, et jouent un rôle important dans le plaisir sexuel de la femme, mais aussi de l’homme.

Ça dépasse !

Comme tout ce qui va par deux dans notre corps, la droite et la gauche peuvent ne pas se ressembler. Depuis quelques années, la mode de l’épilation intégrale et des pantalons serrés laissent deviner la forme du sexe féminin, jusqu’alors cachée. Le sexe ainsi mis à nu, certaines femmes  ne sont pas satisfaites de la taille ou de l’aspect esthétique de leurs lèvres. De plus en plus ont recours à la chirurgie esthétique (la labiaplastie – le latin  » labia  » signifie lèvres –  ou la nymphoplastie) pour modifier le « look » de leurs lèvres, qui ne correspond pas aux canons de la beauté qu’elles ont en tête (souvent inspiré des images porno où le sexe est retouché).

Et pourtant !… Les plis délicats qui forment le sexe d’une femme ont toujours inspiré les hommes, donnant la métaphore d’une vulve qui serait pareille à une fleur ! C’est un atout de séduction important, et les hommes jugent rarement cette partie du sexe de leur partenaire comme inesthétique. Bien au contraire ils la trouvent en général très attrayante, et unique pour chaque femme.

« Je n’aime pas mes lèvres ! » dit Jennifer en faisant la moue à Kevin. Alors Kevin, en faisant l’amour à Jennifer, s’inspire de Ronsard et lui déclame ce poème :

« Je te salue, ô merveillette fente,
Qui vivement entre ces flancs reluis ;
Je te salue, ô bienheureux pertuis,
Qui rend ma vie heureusement contente !
C’est toi qui fais que plus ne me tourmente
L’archer volant qui causait mes ennuis ;
T’ayant tenu seulement quatre nuits,
Je sens sa force en moi déjà plus lente.
Ô petit trou, trou mignard, trou velu,
D’un poil folet mollement crespelu,
Qui à ton gré domptes les plus rebelles :
Tous vers galans devraient, pour t’honorer,
À beaux genoux te venir adorer,
Tenant au poing leurs flambantes chandelles ! »

Pierre de Ronsard, Pièces posthumes, 1609.

Comme quoi, les lèvres, qu’elles soient pulpeuses et peintes en rouge sur le visage, ou comme des pétales de rose entre les cuisses, servent surtout à la séduction et au plaisir dans la relation sexuelle…

À retrouver sur http://www.filsantejeunes.com/petites-levres-et-grandes-levres-du-sexe-feminin-14123
Information proposée et validée par Santé publique France - Fil santé jeunes Publiée le 07/11/2016
Une équipe d’adultes aux compétences professionnelles complémentaires, habitués à répondre aux questions santé des jeunes. Nous avons tous l’expérience de l’écoute téléphonique sur le numéro vert Fil Santé Jeunes (0 800 235 236). Notre équipe est composée de professionnels de santé (médecins et psychologues) et chaque texte publié est validé par un comité de rédaction composé de plusieurs membres de l’équipe. Elle comporte aussi des professionnels du net. Notre accompagnement est totalement gratuit. Ce service est réservé aux jeunes de 12 à 25 ans
Santé publique France - Fil santé jeunes
Le contenu proposé vous a-t-il été utile ?