Phimosis : je n’arrive pas à décalotter

Information proposée et validée par Santé publique France - Fil santé jeunes Publiée le 08/11/2016

Il arrive parfois que le prépuce (peau qui recouvre le gland) soit trop serré et empêche de découvrir le gland. Ce problème est en général décelé dans la petite enfance lors des visites régulières chez le pédiatre, mais il arrive que ce ne soit pas le cas.

C’est alors au moment de la puberté, lorsqu’on découvre son corps et les premières masturbations, qu’une gêne s’exprime et qu’on se rend compte du problème. Ne pas pouvoir décalotter son pénis s’appelle un phimosis.

En quoi consiste le traitement ?

En première intention le médecin peut prescrire une crème à base de corticoïdes afin d’assouplir la peau du prépuce et permettre le décalottage. Si au bout d’1 mois de ce traitement il n’y a pas d’amélioration, alors il faut envisager de passer par la chirurgie.

Appelée la posthectomie, cette opération consiste à enlever le prépuce. La même opération, faite pour des raisons religieuses s’appelle la circoncision. L’intervention se fait généralement sous anesthésie générale à faible dose, elle dure une petite demi-heure. Même si passer par la chirurgie peut faire très peur, cette opération est bénigne.

Après l’intervention, des précautions sont à prendre

Quand l’anesthésie s’en va, on peut ressentir quelques douleurs normales dues à la plaie qui doit cicatriser. Pour encourager la cicatrisation il faut éviter de prendre des bains (baignoire, mer, piscine…). En revanche, pas de problème pour prendre des douches !

Il peut aussi y avoir un gonflement qui peut entraîner des érections douloureuses. Pour éviter ces douleurs, des antalgiques (anti-douleurs) peuvent être prescrits.

Il peut également y avoir quelques saignements. Ils sont sans gravité même s’ils peuvent être impressionnants. Quand ça arrive, il suffit de comprimer doucement la plaie avec une compresse, et en quelques minutes le saignement cesse.

La cicatrisation totale peut prendre de 2 à 4 semaines.

Je dois le faire mais j’ai honte et peur !

Ne pas arriver à se décalotter est une situation gênante car elle concerne son intimité, sa sexualité. En plus, on s’inquiète facilement quand un problème concerne les organes génitaux. Ce qu’on peut vous dire pour vous rassurer, c’est que quelques jours après l’intervention tout sera rentré dans l’ordre : plus de picotements en urinant et (enfin !) des érections qui découvriront le gland ! Le problème de phimosis, une fois réglé, l’est pour toujours.

Si tu t’es reconnu dans cette description, n’hésite surtout pas à aller consulter ton généraliste ou un urologue (spécialiste de l’appareil génital masculin). Cette affection est fréquente, sans aucune gravité et se traite très bien. La démarche n’est pas facile mais elle est indispensable pour avoir une sexualité épanouissante et tu feras l’économie de beaucoup d’inquiétudes !

À retrouver sur http://www.filsantejeunes.com/phimosis-je-narrive-pas-a-decalotter-5701
Information proposée et validée par Santé publique France - Fil santé jeunes Publiée le 08/11/2016
Une équipe d’adultes aux compétences professionnelles complémentaires, habitués à répondre aux questions santé des jeunes. Nous avons tous l’expérience de l’écoute téléphonique sur le numéro vert Fil Santé Jeunes (0 800 235 236). Notre équipe est composée de professionnels de santé (médecins et psychologues) et chaque texte publié est validé par un comité de rédaction composé de plusieurs membres de l’équipe. Elle comporte aussi des professionnels du net. Notre accompagnement est totalement gratuit. Ce service est réservé aux jeunes de 12 à 25 ans
Santé publique France - Fil santé jeunes
Le contenu proposé vous a-t-il été utile ?