Qu’est-ce qu’une Infection Sexuellement Transmissible ( IST ) ?

Information proposée et validée par Santé publique France - Fil santé jeunes Publiée le 07/11/2016

Jusqu’en 1999 on parlait de MST – Maladie Sexuellement Transmissible. Même si la terminologie a changé, le principe reste le même : être contaminé ou contaminer quelqu’un lors de rapports sexuels.

On parle aujourd’hui d’infection plutôt que de maladie car :

  • certaines IST sont asymptomatiques, c’est-à-dire qu’elles ne présentent pas de symptômes visibles alors même qu’elles sont déjà présentes dans l’organisme. Ce qui n’est pas le cas d’une maladie : on connaît sa présence grâce aux symptômes qu’elle provoque (exemple : la grippe se manifeste par des courbatures, une forte fièvre etc.…)
  • les IST ne sont pas héréditaires ou génétiques (comme la mucoviscidose par exemple).

Comment se transmet une IST ?

Au départ, il faut un organisme infecté. Ça veut dire quoi ? Ça veut dire que si les partenaires sont certains de n’être porteurs d’aucune IST, il n’y a pas de risque de transmission. On « n’attrape » pas une IST comme on attrape un rhume.

Ensuite, pour qu’il y ait transmission (ou contamination, les termes sont équivalents), il faut une porte de sortie de l’organisme infecté, et une porte d’entrée dans l’organisme sain. Ainsi un simple regard ne peut pas entraîner de contamination !

  • La porte de sortie peut être l’organe sexuel féminin ou masculin (muqueuses vaginales, anales), une plaie profonde, les veines, les seins allaitants (pour le VIH), les mains, la bouche.
  • La porte d’entrée peut être… les mêmes sauf pour les seins allaitants : ce sera l’appareil digestif du bébé.

Entre les deux il va falloir des « vecteurs de transmission », c’est-à-dire des liquides permettant le transport des virus, bactéries, microbes, parasites, mycoses… Ces fluides ce sont les sécrétions vaginales, le sperme, le liquide pré-séminal, le lait maternel, le sang, la salive (pour l’herpès par exemple). Un autre vecteur de transmission peut être le contact cutané (contact de la peau).

Quelles sont les conditions nécessaires à la transmission d’une IST ?

On l’a dit, au moins un partenaire doit être infecté pour qu’il y ait risque de transmission. Ensuite, l’absence de protection (préservatif féminin ou masculin, carré de latex, digue dentaire…) augmente considérablement le risque d’infection.

Enfin, un milieu ambiant propice à la survie des virus, bactéries, et champignons est nécessaire. En effet, très résistants dans l’organisme, en général ces micro-organismes sont très fragiles en dehors de leur milieu ambiant. Ainsi, à l’air libre ils peuvent mourir rapidement ou devenir inoffensifs. Une baisse du système immunitaire peut également favoriser le risque de contamination par une IST (par exemple, une personne séropositive davantage risque d’être contaminée par une autre IST).

Virus, bactéries, parasites, mycoses… quelles différences ?

Un virus est une entité biologique nécessitant une cellule pour se multiplier.

Combattre les virus s’avère difficile car ce sont des organismes simples. Cela implique que les virus doivent envahir les cellules et se brancher aux mécanismes biochimiques de ces cellules pour parvenir à se reproduire. Le cycle de reproduction des virus est relié aux fonctions de la cellule envahie, ce qui rend difficile une attaque médicamenteuse et donc la mise en place d’un traitement.

Une bactérie est un organisme vivant unicellulaire présent dans tous les milieux. La plupart de ces bactéries sont inoffensives ou bénéfiques pour l’organisme. Il existe cependant des espèces à l’origine de maladies infectieuses dont les IST comme la syphilis. Les infections bactériennes peuvent être traitées grâce aux antibiotiques

On combat mieux les bactéries car ce sont des organismes complexes très différents des cellules des mammifères.

Le parasite est un organisme qui se nourrit, s’abrite et se reproduit aux dépends d’un autre organisme. On appelle parasite ce qui perturbe l’organisme sans être un virus, une bactérie ou un champignon.

Une mycose est une infection provoquée par des champignons. De très nombreuses espèces de champignons peuvent se révéler pathogènes (c’est-à-dire nocifs) pour l’homme dans certaines conditions. Les principales mycoses concernant les IST sont les candidoses, dues à des champignons du genre Candida, qui affectent la peau et les muqueuses des parties génitales.

À retrouver sur http://www.filsantejeunes.com/quest-ce-quune-ist-12719
Information proposée et validée par Santé publique France - Fil santé jeunes Publiée le 07/11/2016
Une équipe d’adultes aux compétences professionnelles complémentaires, habitués à répondre aux questions santé des jeunes. Nous avons tous l’expérience de l’écoute téléphonique sur le numéro vert Fil Santé Jeunes (0 800 235 236). Notre équipe est composée de professionnels de santé (médecins et psychologues) et chaque texte publié est validé par un comité de rédaction composé de plusieurs membres de l’équipe. Elle comporte aussi des professionnels du net. Notre accompagnement est totalement gratuit. Ce service est réservé aux jeunes de 12 à 25 ans
Santé publique France - Fil santé jeunes
Le contenu proposé vous a-t-il été utile ?