Rémission - Suivi

Information proposée et validée par Institut national du cancer Publiée le 13/12/1901

Le mot guérison fait rarement partie du vocabulaire d'un médecin dans ses échanges avec ses patients traités pour un cancer. Il emploie plus volontiers le terme « rémission complète » parce qu'il sait qu'une récidive, même lointaine, est possible.

Le mot guérison fait rarement partie du vocabulaire d'un médecin dans ses échanges avec ses patients traités pour un cancer. Il emploie plus volontiers le terme « rémission complète » parce qu'il sait qu'une récidive, même lointaine, est possible.

En revanche, le mot guérison se rencontre souvent dans les statistiques médicales. On lit par exemple qu'aujourd'hui, on guérit plus d'un cancer sur deux, alors qu'on n'en guérissait qu'un sur trois il y a trente ans. Comme toute moyenne, cette affirmation masque de grandes disparités selon les types de cancers. Mais l'emploi du mot guérison traduit ici en langage ordinaire une notion qu'on appelle « le taux de survie relative à 5 ans ».

Les statisticiens estiment en effet qu'un patient ayant eu un cancer a des chances élevées d'être « guéri » lorsque, 5 ans après le diagnostic, il retrouve la même espérance de vie que l'ensemble de la population de même âge, de même sexe et n'ayant pas eu de cancer.

Pour une personne atteinte d'un cancer, ce type de taux est cependant à interpréter avec précaution parce que, par définition, il est calculé sur une période antérieure et ne reflète pas les éventuels progrès récents des traitements.

À retrouver sur http://www.e-cancer.fr/Patients-et-proches/Se-faire-soigner/Suivi/Remission
Information proposée et validée par Institut national du cancer Publiée le 13/12/1901
L’Institut national du cancer est l’agence d’expertise sanitaire et scientifique en cancérologie.
Institut national du cancer
Le contenu proposé vous a-t-il été utile ?