Thérapies psychanalytiques

Information proposée et validée par Psycom Publiée le 27/10/2016

La psychanalyse a pour but de faire revenir au niveau conscient, les conflits et traumatismes enfouis dans l’inconscient, à l’origine de troubles psychiques actuels.

Qu’est-ce que la psychanalyse ?

La psychanalyse a pour but de faire revenir au niveau conscient, les conflits et traumatismes enfouis dans l’inconscient, à l’origine de troubles psychiques actuels. Cette méthode depsychothérapie considère que les expériences de l’enfance, mêmes très précoces, s’inscrivent dans l’inconscient et se retrouvent transformées dans toute la vie d’enfant et d’adulte.

Les relations parents/enfants, le vécu individuel des expériences de l’enfance et de l’adolescence, le développement psychologique et sexuel laissent des traces profondes, en partie inconscientes, qui conditionnent chez tout individu son équilibre psychique. Ces épisodes ont été « refoulés ». Ils ont disparu de la conscience, mais restent actifs et provoquent angoisse, dépression, inhibition et autres symptômes.

Chacun de nous peut saisir des tendances qui sont inconscientes en prêtant attention à ses rêves, ses oublis, ses lapsus, ses actes et ses réactions face à certaines situations. En évoquant son enfance, son adolescence et sa vie actuelle, la personne prend conscience des sentiments conflictuels qui y sont liés.La psychanalyse lui permet de mieux comprendre ces conflits, de leur donner un sens nouveau et d’éviter qu’ils ne se répètent dans la vie actuelle sous forme de symptômes psychiques.

Deux modèles thérapeutiques

La psychanalyse

La psychanalyse se déroule dans un cadre précis défini par le thérapeute : habituellement 3 séances de 30 à 45 minutes par semaine. Le patient s’allonge sur un divan. Le psychanalyste est assis à la tête du divan, hors du champ de vision de la personne. La personne exprime les idées, images, rêves et souvenirs qui lui viennent à l’esprit spontanément. L’association libredes idées et des images mentales donne un accès privilégié aux conflits inconscients de la personne.

Le psychanalyste écoute et communique à la personne ce qu’il a compris de la signification inconsciente de ses paroles ou de ses conduites, il les « interprète ». Ces interprétations doivent aider la personne à prendre conscience de l’origine de ses symptômes, de ses inhibitions ou de son mal-être. Le conflit, mieux compris et intégré à la vie du patient, s’atténue et devient progressivement moins gênant.

L’expérience psychanalytique peut durer plusieurs années. Elle cesse quand le patient se sent mieux et estime, d’un commun accord avec le psychanalyste, qu’il en a suffisamment tiré profit.

La psychothérapie psychanalytique

Basée sur les mêmes principes que la psychanalyse, elle permet une approche différente des troubles, avec une fréquence de séances moins importante (une ou deux par semaine). Les séances ont lieu le plus souvent en face à face et sur une moins longue période. En général l’analyste intervient davantage. Il accompagne la personne dans l’analyse des situations traumatiques du passé ou de ses difficultés relationnelles. Il l’aide à comprendre l’équilibre familial, à diminuer les tensions psychiques et l’angoisse.

Qui est concerné ?

Toute personne ressentant un intérêt pour la vie psychique, directement ou à travers la littérature, l’art ou l’observation des relations personnelles, peut tirer profit d’une psychanalyse. 

Par contre, la psychanalyse est contre-indiquée pour les personnes qui souffrent de troubles psychiques importants, limitant leur capacité de penser et de réfléchir en présence d’une autre personne.

Pour quelles situations cette thérapie est-elle indiquée ?

Pour les adultes, il peut s’agir de difficultés ou d’échecs dans la vie affective, sociale ou professionnelle, de troubles anxieux, de dépression, de phobies, d’idées obsédantes, de troubles alimentaires, sexuels ou psychosomatiques.

Pour les enfants et adolescents, les troubles les plus souvent abordés sont les troubles du sommeil, l’agitation, l’inhibition, les troubles du langage, les phobies, la dépression, les troubles des comportements alimentairesl’usage de toxiques.

Certaines formes de traitement en groupe(psychodrame, groupe thérapeutique), animés par des psychanalystes, sont parfois mieux acceptées par les jeunes patients qu’une psychothérapie individuelle.

Qui sont les thérapeutes ?

Les psychanalystes

Le titre du « psychanalyste » n’a pas de reconnaissance légale en France. La majorité des psychanalystes sont médecins psychiatres ou psychologues. Outre ses connaissances théoriques, le psychanalyste a suivi une psychanalyse personnelle, avec un praticien expérimenté, ainsi qu’une supervision pour ses premières psychanalyses. Il doit appartenir à une association de psychanalyse reconnue. On compte en France environ 6 000 psychanalystes qui exercent pour la plupart en libéral.

Les psychothérapeutes psychanalytiques

Seul un professionnel inscrit au Registre national des psychothérapeutes peut se déclarer officiellement psychothérapeute. Il n’existe pas à ce jour en France de diplôme universitaire de « psychothérapeute ». La plupart des personnes compétentes en psychothérapie psychanalytique se sont formées à titre personnel dans des sociétés de psychanalyse après leurs études universitaires de base.

Pour en savoir plus voir la Brochures du Psycom :Thérapies psychanalytiques (pdf - 653,56 ko)

Rédaction 

Dr Victor Souffir (Psychiatre, ASM-13 et SPP) et Aude Caria (Psychologue, Psycom), Synthèse réalisée par Marc Oeynhausen à partir de la brochure Psycom « Les thérapies psychanalytiques », juin 2011.

À retrouver sur http://www.psycom.org/Espace-Presse/Sante-mentale-de-A-a-Z/Therapies-psychanalytiques
Information proposée et validée par Psycom Publiée le 27/10/2016
Organisme public d’information, de formation et de lutte contre la stigmatisation en santé mentale.
Psycom
Le contenu proposé vous a-t-il été utile ?