Trouble bipolaire

Information proposée et validée par Psycom Publiée le 27/10/2016

Les troubles bipolaires (anciennement psychose maniaco-dépressive) sont des pathologies caractérisées par des variations anormales de l’humeur, alternant entre périodes de mélancolie (dépression) et accès maniaques (manie)

Qu’est-ce qu’un trouble bipolaire ?

Les troubles bipolaires (anciennement psychose maniaco-dépressive) sont des pathologies caractérisées par des variations anormales de l’humeur, alternant entre périodes de mélancolie (dépression) et accès maniaques (manie). Pour qu’un diagnostic de trouble bipolaire puisse être posé, il faut qu’il y ait eu au moins un trouble dépressif caractérisé et un épisode maniaque ou hypomaniaque.

La dépression se définit par un certain nombre de symptômes, qui doivent être présents toute la journée et presque tous les jours, durant au moins deux semaines et ne pas être influencés par les circonstances :

  • Symptômes « majeurs » : humeur dépressive, tristesse, perte d’intérêt, fatigue ou perte d’énergie ;
  • Symptômes « non-spécifiques » (non systématiques) : trouble de l’appétit (avec perte ou prise de poids), troubles du sommeil(perte ou augmentation), ralentissement ou agitation psychomotrice, sentiment d’infériorité, perte de l’estime de soi, sentiment de culpabilité inappropriée, difficultés de concentration, idées noires, pensées de mort, comportement suicidaire.

L’épisode maniaque ou hypomaniaque se définit par au moins trois des symptômes suivants, présents pendant au moins quatre jours consécutifs :

  • augmentation de l’activité ou agitation physique ;
  • augmentation du désir de parler ;
  • difficultés de concentration, distractibilité ;
  • réduction du besoin de sommeil ;
  • augmentation de l’énergie sexuelle ;
  • achats inconsidérés ou autres types de conduites irresponsables ;
  • augmentation de la sociabilité ou familiarité excessive.

Dans certains cas, symptômes dépressifs et maniaques apparaissent en même temps ou alternent très rapidement.

Pour en savoir plus  voir la Brochure Psycom Troubles bipolaires (pdf - 557,14 ko)

Mythes et Réalité

« Les personnes bipolaires sont toujours dans un excès ou dans l’autre ». Faux : les périodes maniaques ou dépressives sont entrecoupées de longues périodes de « rémission » pendant lesquelles la personne va bien.

« Les personnes bipolaires sont une charge pour la société». Faux : Beaucoup de personnes bipolaires travaillent, certaines font preuve d’une grande créativité. Parmi les exemples célèbres : Issac Newton, Virginia Wolf, Frédéric Chopin, Winston Churchill…

Qui est concerné ?

Selon la HAS , la prévalence du trouble bipolaire est estimée à 1% dans la population générale. Le risque suicidaire est élevé : on estime que 20% des personnes ayant un trouble bipolaire meurent par suicide. Lorsqu’on y ajoute la mortalité liée aux maladies somatiques (addictions, diabète,…), on arrive à une espérance de vie inférieure de 20 ans à celle de la population générale.

Quelles sont les causes ?

Il existe une vulnérabilité génétique dans le trouble : on estime qu’une personne dont le père ou la mère est atteint a 10 fois plus de risques d’avoir un trouble bipolaire. Les événements de vie (divorce, séparation, difficultés financières ou professionnelles) et un stress répété (manque de sommeil, surmenage) sont aussi des facteurs précipitants.

Comment traiter le trouble bipolaire ?

La prise en charge thérapeutique doit être adaptée à chaque personne en fonction du contexte clinique, biologique et social. Dans la grande majorité des cas, le traitement est ambulatoire. Dans certaines dépressions sévères à risque suicidaire importants, une hospitalisation, parfois sans consentement, peut être nécessaire.

  • Hygiène de vie : diminuer la prise d’excitants (alcool, tabac, café,…) et pratiquer régulièrement une activité physique aide à  diminuer l’anxiété.
  • Relaxation : améliore le contrôle émotionnel, diminue les tensions musculaires et psychologiques.
  • Traitement médicamenteux : l’association d’un antidépresseur sérotoninergique et d’unrégulateur de l’humeur plutôt qu’un antidépresseur seul est recommandée (risque de passage rapide de l’humeur dépressive à l’humeur maniaque). Le traitement doit être maintenu au moins deux ans après un premier épisode bipolaire et dans les cas sévères au moins cinq ans
  • Psychothérapies : la psychothérapie de soutien est indispensable dans tous les cas, elle améliore l’observance du traitement, la compréhension des troubles, l’identification précoce des signes éventuels de rechute et aide à surmonter les symptômes résiduels. Les principales psychothérapies sont psychodynamiques, cognitivo-comportementales ou familiales

Où trouver de l’aide ?

Rédaction

Pr Julien-Daniel Guelfi (Pr. De Psychiatrie, CH Sainte Anne, Paris) et Aude Caria, psychologue (Psycom), Synthèse réalisée par Marc Oeynhausen à partir de la brochure Psycom « Les troubles bipolaires », Juin 2011

À retrouver sur http://www.psycom.org/Espace-Presse/Sante-mentale-de-A-a-Z/Trouble-bipolaire
Information proposée et validée par Psycom Publiée le 27/10/2016
Organisme public d’information, de formation et de lutte contre la stigmatisation en santé mentale.
Psycom
Le contenu proposé vous a-t-il été utile ?