VIH et Hépatite C

Information proposée et validée par Psycom Publiée le 06/07/2016

En 2015, environ 150 000 personnes en France vivaient avec le VIH.
En 2015, on estime le nombre de personnes souffrant d'une hépatite C chronique à 230 000 personnes.

Le virus de l'immunodéficience humaine (VIH)

En 2015, environ 150 000 personnes en France vivaient avec le VIH. Ces personnes peuvent être confrontées à :

  • la difficulté d’assumer des évènements liés à la séropositivité : dépistage, séroconversion, maladies opportunistes, nouveaux traitements, échappement thérapeutique ;
  • une symptomatologie dépressive, des troubles du sommeil, des problèmes sexuels ;
  • des difficultés liées à l’alcool, aux drogues, aux abus de tranquillisants ;
  • des questionnements identitaires (homosexualité, bisexualité) ;
  • une souffrance liée à des complications neuropsychiatriques, provoquées par une atteinte du système nerveux central ;
  • des problèmes liés à la solitude ou à la peur de l’exclusion.

L’hépatite C

En 2015, on estime le nombre de personnes souffrant d'une hépatite C chronique à 230 000 personnes. À l’annonce du diagnostic, les personnes touchées par le virus de l’hépatite C peuvent être confrontées à :

  • l’angoisse, la colère, l’inquiétude quant à l’avenir ;
  • des problèmes douloureux, médicaux ou psychologiques ;
  • la peur de l’exclusion et de la contamination de l’autre ;
  • l’incertitude quant à l’évolution de la maladie ;
  • la fatigue et ses conséquences sur la vie familiale et professionnelle.

Certains patients porteurs du VIH ou du VHC, ou co-infectés doivent également faire face à des difficultés liées à l’usage de drogues et d’alcool. La prise en charge nécessite alors la coordination de nombreux intervenants médicaux et sociaux.

Soutien psychologique pour les personnes atteintes par le VIH et/ou le VHC

Le soutien psychologique est possible dans tous les secteurs de psychiatrie en France (centres médico-psychologiques (CMP)). De nombreux lieux d’écoute et d’information peuvent aussi aider à passer des moments difficiles. (Voir liste des contacts). Enfin, il existe des services de soins spécialisés sur ces problématiques tels que le réseau ESPAS à Paris.

Réseau ESPAS à Paris

Ce réseau spécifique travaille en lien avec plusieurs acteurs permettant une prise en charge globale (hospitalisation à domicile, structures toxicomanies, hébergement …). Il propose soutien et  conseils pour vivre au mieux avec la réalité de ces pathologies (accueil des couples et des familles, rencontre sur la sexualité et les conduites à risques, prévention…)

En cas d’urgence

L’urgence psychiatrique est la même pour toutes les personnes en souffrance et permet d’assurer 24h/24h, les soins ou l’orientation selon les besoins. (Pour en savoir plus cliquer ici ).

Les équipes de coordination et d’intervention médicale auprès des usagers de drogues (ECIMUD) présentent dans les hôpitaux généraux, facilitent la prise en charge psychiatrique ou l’hospitalisation de patients dépendants, porteurs du VIH ou du VHC. 

Rédaction

Dr Serge Hefez et Françoise Dufour (Réseau ESPAS). Synthèse réalisée par Marc Oeynhausen à partir de la brochure Psycom «Aide psychologique des personnes atteintes par le VIH ou le VHC à Paris », Septembre 2011. Dernière mise à jour Mars 2016

À retrouver sur http://www.psycom.org/Espace-Presse/Sante-mentale-de-A-a-Z/VIH-et-Hepatite-C
Information proposée et validée par Psycom Publiée le 06/07/2016
Organisme public d’information, de formation et de lutte contre la stigmatisation en santé mentale.
Psycom
Le contenu proposé vous a-t-il été utile ?